‘’ Les autorités doivent engager des subventions diverses aux populations pour le paiement de l’eau, l’électricité, le téléphone, l’internet …la prise en charge des loyers’’

’Le Mali face au COVID 19 : Sommes-nous à la hauteur ’’

Telle est la question posée par l’ancien Premier ministre Moussa MARA   et qui tente de dégager des pistes de sortie de crise à travers une contribution dont nous avons reçu   copie. L’ancien Premier Ministre   dans ses explications   a surtout parlé de social lié à la pandémie du Coronavirus. Il a ainsi mis l’accent sur certains aspects    qui pourraient encourager les populations à rester chez elles et   limiter la propagation de la maladie. Dans la même dynamique, l’ancien Premier Ministre     préconise   le recours au télétravail au niveau de l’administration.

 Dans sa    tribune, Moussa MARA   trouve que la riposte face au coronavirus passe par la réduction des mouvements des populations et les occasions de contact.   De son avis, Cela passera sans doute par ‘’la sanctuarisation des villes, notamment Bamako’’.

Ces mesures doivent être suivies par « des initiatives destinées à convaincre les populations de rester chez elles », a indiqué M. MARA. Il a ainsi énuméré dans le cadre de ces initiatives

‘’la diminution de l’activité gouvernementale et celle des administrations, le soutien massif au télétravail, le recours systématique à la visioconférence’’.

    Pour Mara Les autorités doivent engager des subventions diverses aux populations pour le paiement de l’eau, l’électricité, le téléphone, internet…allant jusqu’à la gratuité de ces services essentiels.

‘’Il faut envisager la prise en charge des loyers qui constituent le plus gros poste de dépense des populations urbaines pauvres. Le soutien aux livraisons à domicile, les distributions gratuites d’aliments sont à organiser pour pousser les citoyens à rester chez eux’’,

a indiqué l’ancien Premier Ministre.

Selon sa   conviction, il n’est pas possible d’engager le confinement intégral des populations mais il est possible de conduire des activités qui aideront à limiter fortement les contacts.   C’est dans ce contexte, que Moussa MARA trouve qu’il faudrait en plus des mesures citées plus haut

’’systématiser la mise en place d’équipements de prévention, des kits de lavage de main… dans les lieux publics comme les marchés, les lieux de sports collectifs, les bâtiments publics, etc.’’…

« Les pouvoirs locaux doivent également soutenir le renforcement des capacités des Centres de santé communautaires ou de références (CSCOM, CSREF) et les hôpitaux régionaux afin de   les ancrer au dispositif national. La coopération avec l’Etat contribuera à rendre le dispositif sanitaire national robuste. Des efforts organisationnels, financiers et matériels importants sont attendus des collectivités territoriales pour conduire toutes ces initiatives de manière satisfaisante’’

a ajouté M. Moussa MARA.

 En évoquant le rôle des leaders religieux dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, M. Moussa MARA estime tout d’abord que la maladie a ébranlé le monde et chacun doit comprendre cela et se mettre à hauteur des enjeux. (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU LUNDI 06 AVRIL 2020

Mahamane TOURE

Source : NOUVEL HORIZON