Manifestation de demain vendredi : le M5 pourra-t-il faire payer à IBK son mépris ?

Au moment où le Mali, secouru par la CEDEAO et les pays voisins et amis, était sur le point de sortir le nez de l’eau trouble de la crise politique qu’il vit et pour échapper à la noyade, le président IBK, par son attitude qualifiable de foutaise, semble bien l’enfoncer davantage. En effet, lors d’une tête à tête qu’il a eue avec les leaders du M5-RFP, il a manqué d’assurance face à la prise en charge des préoccupations légitimes exprimées par le mouvement et montre que tous ses agissements à vouloir les rencontrer avaient pour seul et unique but de les ridiculiser et avant de les abattre en jetant le discrédit sur les fondements de leur lutte politique.

 

Sa décision, de renvoyer les leaders du M5-RFP à s’attendre avec la Majorité présidentielle, prouve ce mépris du président IBK envers les revendications populaires des militants du M5. Cette décision du Président IBK a fortement contribué à radicaliser la position des responsables. Lesquels étaient en proie à des remous en leur sein. Par cette décision a permis de renforcer leur cohésion. Du coup, ceux qui n’étaient plus sur la même longueur d’onde se sont retrouvés renforcés. La question que l’on se pose est de savoir si les leaders du M5 RFP, en premier lieu Mahmoud Dicko, sauront faire payer à IBK sa foutaise et son mépris en leur endroit lors de sa manifestation du 10 juillet 2020 .
Par l’acceptation des leaders du M5-RFP d’engager le dialogue et les négociations avec le président IBK, le Mali, en proie à une grave crise politique, était à un doigt de vaincre « Pandore ». Mais, hélas, c’était sans compter sur la crédibilité du Président IBK qui a décidé, à la cérémonie d’inhumation de Pandore, de lui insuffler une nouvelle âme. Et cela en renvoyant, comme des malpropres, les représentants du M5 négociés avec la Majorité présidentielle. En effet, le président IBK dit avoir pris « connaissance du mémorandum du M5-RFP » et le renvoie, sans management, « je respecte les positions exprimées par vous et là-dessus, je vous invite à continuer approfondir les échanges avec la majorité présidentielle ».

A travers ce geste, IBK donne l’impression générale de se mettre au-dessus des leaders du M5-RFP. Il s’agit de ceux-là même dont il avait remué ciel et terre, au début de la crise, pour obtenir une rencontre et échanger avec eux sur leurs revendications qui n’étaient autre chose que sa démission. Alors question, l’étau du M5 s’est-il desserré autour d’IBK jusqu’à ce qu’il oublie qui est le principal problème de cette crise sociopolitique ? A cette question, l’on est tenté de répondre par l’affirmative. En tout cas depuis l’acception du M5, sous la pression internationale, de renoncer à sa tête. Le M5-RFP a-t-il fait l’erreur irréparable de reculer dans sa réclamation de démission du président IBK pour s’accrocher au projet de nomination d’un Premier ministre plein pouvoir ? En cas tout, tout porte à croire aujourd’hui que le président ne se sent plus sous la pression et qui ne voit plus au M5, en cas tout depuis son recul, une menace pour son régime au point qu’il prend ses propositions de crise à la légère.

Mieux, en renvoyant le M5 négocié avec la Majorité présidentielle, le président IBK banalise la crise au point qu’il confie sa gestion à la Majorité présidentielle. Pire, IBK, avec ce geste, semble bien rentrer dans une posture de ridiculiser les leaders du M5qui n’ont que seul adversaire lui-même et personne d’autres et les fait quelque part passer pour juste des quémandeurs de postes. Son invitation adressée publiquement aux leaders du M5 d’intégrer le prochain gouvernement en dit long sur cette intention. Dans cette proposition, le président de la République se plait même de fixer un moratoire aux leaders du M5 en les avertissant que la formation de cette équipe « ne saurait être retardée plus longtemps ». Une manière pour le chef de l’Etat de leur dire de ne pas trop trainer les pieds pour ne pas rater leur entrée dans le futur gouvernement. A travers cette proposition très loin de satisfaire les doléances du M5, le président IBK donne l’impression de n’être disposé à ne plus rien céder de plus à ses adversaires. Plus révoltant encore, le président IBK donne l’impression de n’avoir que de l’estime qu’au parrain du mouvement du M5 Mahmoud Dicko qui est le seul qui le retient pour former son gouvernement.

Mépris et foutaise d’IBK, et après ?

A l’annonce de ce geste qualifiable de foutaise, les leaders du M5-RFP ont tout de suite revêtu leur tenue de combat et confirme aussitôt le maintien de sa manifestation du 10 juillet 2020. Cette position adoptée par le président de la République a suscité des vives réactions au sein du comité stratégique du M5-RFP ouvrant la voie à l’enlisement de la crise politique. « IBK a méprisé son peuple ! vivement le 10 juillet », a déclaré la CMAS sur sa page facebook. L’ancien ministre Konimba Sidibé proteste : « Le président IBK n’a pas pris en compte aucune de nos propositions de sortie de crise. C’est pourquoi, nous projetons de faire une démonstration de force le 10 juillet prochain ».
Dans un communiqué, le M5-RFP déplore la position du président IBK a continué « à faire la sourde oreille et de prouver du mépris envers le Peuple malien ».

Le mouvement estime qu’ « IBK a royalement ignoré toutes les demandes et mesures contenues dans le « Mémorandum » du 30 juin 2020, en renvoyant le M5-RFP à sa majorité présidentielle qui ne dispose d’aucun pouvoir et pour laquelle lui-même n’a, d’ailleurs, ni respect ni considération ».

Au regard de l’échec de cette rencontre qui met fin aux négociations avec le président IBK, le M5-RFP réaffirme sa détermination à obtenir par les voies légales et légitimes, la démission pure et simple de M. Ibrahim Boubacar KEITA et de son régime, sauf application intégrale du « Mémorandum ».
Du coup, le M5-RFP décide de maintenir sa prochaine manifestation en appelant le Peuple malien à une plus forte mobilisation le vendredi 10 juillet 2020. Mais, pourra-t-il ce jour faire payer à IBK son mépris et sa foutaise ? wait and see !
Moussa Koné

Source : Zaharainfos.com

Vous allez aimer lire ces articles

Choguel Kokala MAÏGA : « Nous voulons que la grande manifestation du 11 août soit plus grande que jamais il n’y a eu pareille en République du Mali »

[Pendant ce temps] Au Mali, face à l’impasse politique, tous les scénarios sont possibles (Nicolas Normand)

Mali : le régime de IBK et le secret des communications

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct