MANIFESTATION DU M5-RFP CONTRE LE RÉGIME IBK – LES RÉPRÉSSIONS POLICIÈRES NE RISQUERAIENT ELLES PAS D’AGGRAVER LA RADICALISATION DU PEUPLE ?

Les Forces de l’ordre et de Sécurité du Mali ont dispersé, hier matin les militants du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) sur le Boulevard de l’Indépendance à coups de gaz lacrymogènes. Ils protestaient pour la quatrième fois (4ème) consécutive afin de dénoncer et exiger la démission du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita. Cette répression policière contre les manifestants risquera d’envenimer la situation très tendue entre le Mouvement du 5 juin et le régime.

En effet, la coalition M5-RFP insatisfaite du bilan du Président de la République a décidé le mardi 11 août dernier, une quatrième sortie nationale pour encore demander sa démission. Une sortie plus particulière et d’une plus grande envergure car les leaders du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) et leurs militants engagés à défendre leur cause avaient décidé de demeurer au Boulevard de l’Independence jusqu’à l’atteinte de leur objectif. Ils ont été finalement, dispersés par les Forces de l’ordre.

Selon, les manifestants sur la Place de l’Independence, cette quatrième sortie comme les précédentes manifestations est plus que légitime car, c’est un droit constitutionnel qui les autorise à manifester, à dénoncer la mauvaise gouvernance.

« Tous les Maliens même ceux qui le soutiennent aveuglement savent que le président ne pourra plus gouverner ce pays, il doit nous donner notre pays   pour que les Maliens puissent avoir   la paix », ont-ils ajouté.

Ils expliqueront ensuite que les dirigeants du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) et leurs militants ont passé la nuit ensemble au Boulevard de l’Indépendance avec les forces de l’ordre qui ont été nourries par eux car, indiqueront les manifestants, « ils sont maliens comme nous, on ne les a pas agressés, ni   insultés ou encore provoqués.

Mais, ce matin, à notre grande surprise on a vu des renforts venir à bord de sept (07) pick-up, des voitures contenant de l’eau chaude. Encerclant la zone ils ont commencé à lancer le gaz lacrymogène.

« Pourtant, disent-ils, avant eux, les gendarmes étaient avec leurs voitures sans toucher à qui que ce soit. Les policiers ont provoqué la guerre. On allait faire notre mouvement et rentrer dans nos maisons respectives sans causer de dégâts.  Ils ont fait leur part, il reste nous maintenant, on ne va plus renoncer, nous ne sommes pas des terroristes pour être torturé de telle sorte ».

Ils ont (…)

Abdoul Karim SANOGO

NOUVEL HORIZON

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : « vers une levée des sanctions de la CEDEAO », après l’investiture du Président de transition

Des parlementaires francophones demandent la libération de l’opposant malien Soumaïla Cissé

Mali: Goodluck Jonathan rencontre le chef de la junte et le président de la transition

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct