Maladresses politiques surmultipliées, pilotage à vue chaotique, valses des premiers ministres, série de scandales politico-financiers à mauvais enchaînements, déception des populations de plus en plus paupérisées, marasme économique, extravagance démonstrative de luxe insolent et étalage ostensible des signes extérieurs des nouvelles richesses amassées par des courtisans et affidés de “Ma Famille D’Abord” : voilà les principales identités remarquables de la gestion désastreuse des affaires publiques au Mali depuis cinq ans et dix mois. A tout cela s’ajoute à une situation sécuritaire dramatique au Centre du pays avec de nombreuses victimes.

Le second mandat a peine entamé, le président IBK étale toutes ses limites dans sa mal gouvernance. Au-delà de l’échec d’un homme, c’est l’existence du Mali qui est actuellement menacée. Et pour cause…   

Désillusion, déception, démoralisation, démotivation, démobilisation, désenchantement et pessimisme, sang, larmes, conflits intercommunautaires avec de nombreuses victimes… tels sont les éléments constitutifs du paysage malien aujourd’hui. Près d’un an après l’entame du second mandat d’IBK, le Mali va très mal. L’image réelle du pays : Ni intégrité du territoire, ni unité nationale ni réconciliation, ni paix, ni stabilité, ni décollage économique, ni reconstruction de l’État. L’incapacité du président et du Gouvernement à faire face à la situation conduit le Mali vers une situation chaotique.

Des preuves existent pour étayer l’échec de celui-là même qui se disait être le messie que les Maliens attendaient…

En effet, l’homme politicien plébiscité (77% en 2013) et réélu (en 2018) après une élection présidentielle fortement contestée, est aujourd’hui un homme d’Etat décrié par les masses laborieuses, désapprouvé par ses compatriotes désabusés et dénoncé par ses concitoyens déçus.

Édifiée par la preuve des épreuves subies, la majorité naguère silencieuse parmi les populations traumatisées commence maintenant à pousser des cris d’orfraie à cause des coups de Jarnac à elle assénés par des mauvais tenants du pouvoir d’Etat à l’amateurisme éprouvé. Pour beaucoup de nos compatriotes, le plus grand mal du Mali actuel est sans nul doute son Chef de l’Etat…

Aussi, les expressions courantes pertinentes et très instructives sont sur de nombreuses lèvres : dérive autocratique, délitement des piliers de la gestion des affaires publiques, dénaturation des principes de la continuité de l’Etat, dévalorisation des vertus républicaines, dépréciation des acquis démocratiques, dépravation des mœurs sociopolitiques, délaissement des références de la bonne gouvernance  et détournements des deniers publics. Le tout soutenu par une complainte partagée : “hier vaut mieux qu’aujourd’hui ! “.

Mauvaise gestion et scandales

Pour démontrer que le Mali d’aujourd’hui est en de mauvaises mains, revenons sur la plume de l’écrivain Doumbi-Fakoly dans son ouvrage « Le Mali sous Ibrahim Boubacar Keita, après erreur sur la personne y-a-t-il quelqu’un pour sauver le Mali ? ». Publié aux éditions MENAIBUC (France) en 2014…

Dès l’introduction, l’auteur étale sa déception : « Le souvenir de l’ancien Premier Ministre d’AOK, souvenir élogieux qui le présentait comme un homme de poigne, un homme de principe, un homme droit comme un sentier sans détour, un homme de parole, l’a fait considérer par ses électeurs comme le moindre mal parmi ses compétiteurs. Mais déjà, avant même la fin de sa première année au pouvoir, tout le Mali, …, sait qu’il y a eu erreur sur la personne ».

Doumby-Fakoly indique aussi que le Président « IBK, n’est pas l’homme de la situation », car, “Mois après mois, celle-ci (la gestion des affaires du pays) est ternie par les compromis et compromissions, certes connues du pays depuis AOK, mais qui ont atteint un niveau surdimensionné”. Pire, « La corruption a pris le large. Les discours officiels s’adossent sur le mensonge et la dissimulation. L’imposture, les faux semblants et les coups fourrés sont ouvertement souveraineticides ». Quel néologisme !

A cause de ses tares,  l’auteur voit en « IBK, une épine qui fait mal à l’honneur du Mali ».  Sa gouvernance est marquée  par «des malversations en cascades sur fond d’imposture » à travers des scandales qui ont secoué la République sous IBK : Le nouvel avion présidentiel, les survêtements sportifs et les tenues de parade pour une armée en guerre, les rapports du vérificateurs classés sans suite, l’importation de 40 000 tonnes d’engrais frelatés, la distribution opaque de 1552 logements sociaux, l’affaire des 1000 tracteurs…”.

Pour conforter cet avis bien argumenté,  il n’est pas exagéré d’affirmer ici que la situation d’ensemble du Mali d’aujourd’hui n’est point reluisante : timide relance économique ; vie très chère dans les villes, centres urbains et périurbains ; survie très angoissante dans les campagnes et agglomérations rurales; instabilité gouvernementale ; administration publique brouillonne ;  insécurité ambiante généralisée  et grandissante (conflits intercommunautaires) ;  succession ininterrompue des scandales politico-financiers digne d’une série hollywoodienne  ; corruption galopante impunie ; népotisme anachronique dans les nominations aux hautes fonctions administratives ; favoritisme persistante ;  grèves multiples sur plusieurs fronts socioprofessionnels ; confusion laxiste dans les relations État-leaders spirituels musulmans et, sans épuiser la liste, un chef d’Etat qui vit le déni de la réalité. Le tout emballé dans une soporifique communication étatique cacophonique, amplifiée par des discours présidentiels monotones et inaudibles, au propre comme au figuré.

Pendant que les pauvres hères ploient sous le fardeau quotidien de la vie chère, les courtisans de “Ma Famille D’Abord” et leurs mentors font étalage de luxe insolent ou exhibent des signes extérieurs de nouvelles richesses cupidement amassées (voitures, villas, vergers, voyages etc.). Comme pour narguer les populations majoritairement désargentées, arrivant péniblement à satisfaire leurs besoins vitaux, les mauvais dirigeants étatiques excellent dans les ISMES de mauvais aloi : amateurisme, immobilisme, clanisme, néo-paternalisme, favoritisme, népotisme, laxisme, populisme, sensationnalisme, narcissisme, etc. Ce sont là  quelques-unes des facettes du système d’identification visuelle d’un leadership dépassé par les événements ne s’appuyant abusivement que sur une surexposition télévisuelle dégoûtante.

Le régime bat le record de l’instabilité… !

Après un premier quinquennat et dix mois à la magistrature suprême du pays, le président IBK a battu tous les records en matière d’instabilité gouvernementale. Six Premiers ministres, près d’une centaine de ministres, un nombre incalculable de conseillers et de chargé de mission se sont succédés dans le gouvernement et départements ministériels…

Les tâtonnements et les improvisations sont, en effet, les caractéristiques principales de la gouvernance instaurée par Ibrahim Boubacar Keita depuis son accession au pouvoir. Entre le  8 septembre 2013 et le 23 avril 2019, soit l’espace de 60 mois, le président IBK aura  expérimenté 6 Premier ministres : Oumar Tatam Ly (5 septembre 2013 – 5 avril 2014), Moussa Mara (5 avril 2015 – 9 janvier 2015), Modibo Keïta (9 janvier 2015 – 10 avril 2017), Abdoulaye Idrissa Maïga (10  avril 2017 – 31 décembre 2017), Soumeylou Boubeye Maïga (31 décembre 2017 – 23 avril 2019) et Boubou Cissé depuis le 23 avril 2019. Conséquence ? Ce régime bat tous les records de l’instabilité gouvernementale, sans vraiment faire face (réellement) aux préoccupations des Maliens : insécurité généralisée (Nord, Centre…), blocage dans la mise en œuvre de l’Accord de paix (signé depuis mai 2015), mauvaise gouvernance, front social en perpétuelle ébullition.

Au contraire la gouvernance IBK a plongé le pays dans une grave impasse et dans une crise sociale sans précédente. La faillite d’IBK ? La situation sécuritaire qui se détériore chaque jour avec son cortège de morts de populations civiles (enlèvements, attaques ciblées, conflits communautaires etc.). D’Oumar Tatam Ly à Abdoulaye Idrissa Maïga en passant par Moussa Mara, Modibo Keita, Soumeylou B Maïga et Boubou Cissé, le président Keïta y est allé de ses mauvais choix aussi bien des chefs de gouvernement que des ministres qui ont habillé l’institution dans à peu près d’une dizaine remaniements ou réaménagements opérés. Aujourd’hui, la Cité administrative a reçu une nouvelle équipe gouvernementale pléthorique à peine sept mois du nouveau mandat. Mais déjà, la majorité des Maliens ne se font guère d’illusion et se pose une (seule) question : L’actuelle équipe gouvernementale pourra-t-elle faire mieux que les précédentes… ?

A quelle efficacité peut-on s’attendre dans un tel contexte d’instabilité gouvernementale et surtout avec un président réélu après des scrutins très contestés et sans un véritable programme de gouvernement ? Si l’on sait qu’à chaque retouche du gouvernement, les cabinets ministériels changent à près de 100% et les services rattachés à plus de 80%, l’on mesure l’impact dramatique de cette instabilité dans l’efficacité de l’action gouvernementale et la bonne marche des services publics. Les conséquences sont là : dysfonctionnement de l’administration, morosité dans les services publics avec leur corollaire de marasme économique, crise financière…

La mère-patrie en danger

Au fil des jours, que de cris de douleur ! Que de motifs d’indignation! Que d’actes du déshonneur! Que des morts au quotidien ! Bref, la mère-patrie est en danger.

Le 4 septembre 2018, fraîchement réélu, le président IBK a juré de garantir l’unité nationale, l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national…

Dix mois après, au-delà des paroles dont le pays est régulièrement abreuvé, l’unité nationale, l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national restent des vœux pieux. De toute évidence, le garant constitutionnel de l’unité nationale a échoué dans sa tentative de restaurer la paix et la stabilité. Outre le Nord, où la souveraineté de l’État reste contestée par divers groupes armés malgré la signature de l’accord de paix qui peine à s’appliquer.

Le Centre du pays s’est embrasé. La situation explosive dans la région de Mopti n’a pas reçu l’attention nécessaire et le traitement adéquat du pouvoir en place. De la première attaque contre Nampala en janvier 2015  s’est succédée une longue liste d’attaques aussi bien contre les militaires que des civils

Les massacres de civils ont pris  une ampleur  sans précédent : Koulongo,  Hèrèmakono, Ogossagou, Sobane Da, Yoro… les Maliens n’ont pas vu ce que le président de la République a tenté pour désamorcer la bombe du Centre et résoudre la crise qui couvait. De revers en revers, les FAMAS ont payé un lourd tribut à l’inexistence d’une stratégie claire qui aurait dû être définie par IBK. De façon générale, pendant les mandats du président, il y a eu plus de morts au Mali du fait du conflit que pendant les 59 années précédentes, de 1960 à 2019. En effet, la comptabilité macabre donne des frissons : 115 morts de septembre à décembre 2013 ; 306 morts de janvier à décembre 2014 ; 538 morts de janvier à décembre 2015 ; 352 morts de janvier au 15 septembre 2016 ; et plus de 1000 morts de janvier 2017 à nos jours. Au total, au moins 2300 civils, militaires maliens et étrangers ont perdu la vie dans notre pays.

Autant de maux et d’actes qui démontrent  à suffisance d’un Mansha, carrément coupé des réalités du pays. 

Mohamed Sylla

Source: L’Aube