Malijet.co

Me Hassane Barry : dossier clos

“Je ne suis pas sous contrôle judiciaire. A la fin de ma détention, un rapport confidentiel a été fait au niveau du procureur, il n’y a pas eu de procès-verbal d’enquête préliminaire et c’est avec un procès-verbal d’enquête préliminaire que le dossier peut être judiciarisé”. Cette information a été donnée d’un entretien qu’il a accordé à une télévision de la place ce mercredi 4 décembre 2019.

 

Accusé d’avoir reçu deux individus venus de Boulkessi le 19 novembre 2019 pour acheter des armes, du matériel informatique, du matériel explosif et qui étaient même porteurs de beaucoup d’argent, Me Hassane Barry donne des éclaircissements.

A l’entame de ses propos, il laisse entendre que cette affaire était un montage fait par des journalistes qui sont des honorables correspondants des services de renseignements de l’extérieur. A ses dires, les deux individus arrêtés viennent régulièrement dans son cabinet depuis très longtemps, tout en précisant que cette fois-ci ils sont venus pour leurs frères détenu à la prison centrale de Bamako.

“Et ils m’ont demandé simplement de les accompagner pour leur permettre d’avoir un permis de communiqué avec le juge en charge de ce dossier pour qu’ils puissent aller voir leurs frères détenus et effectivement je l’ai fait “. Arrivé au pôle judiciaire, les deux individus ont été arrêtés et conduits à la Sécurité d’Etat.

“Dire qu’ils ont été appréhendés au Grand marché de Bamako est faux et archi-faux”, martèle Me Hassan Barry. “Dans cette affaire, la Sécurité d’Etat voulait avoir comme moisson l’arrestation de deux grands terroristes avec leur parrain Me Hassane Barry”, ajoute l’avocat Barry.

Interrogé sur l’identité de l’un de ces individus qui serait le frère de Jafar Dicko d’Ansarul Islam, Me Hassan Barry dit qu’être frère d’un terroriste ne fait pas de vous un terroriste. Ce frère de Jafar Dicko s’appelle Amadou Dicko, pour Me Barry si vous mettez ce dossier sur la table vous ne verrez aucune responsabilité pouvant permettre d’instruire une information judiciaire.

Il assure qu’il n’a pas vu d’argent sur ces deux individus comme le disent certaines informations qui affirment que cet argent allait servir à soudoyer des juges. “Je n’ai jamais reçu un centime d’argent avec ces deux individus”. Selon l’avocat, la sécurité d’Etat n’est pas une unité d’enquête, de par la loi elle n’est pas habileté à le faire, elle fournit des renseignements aux décideurs politiques.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

2ème tour des législatives en commune IV: Moussa Mara lâche des « dobermans » contre Zé

Législatives du 29 mars : Que deviennent les anciennes têtes de 2013 ?

Rassemblement pour le Mali : La bataille s’annonce rude !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct