De son meeting raté au terrain municipal de Magnambougou en commune VI du district de Bamako en passant par ses diatribes de campagne pendant la dernière présidentielle à ses sorties médiatiques sur les chaines de télévisions et autres stations radios du pays, le général poltron, ancien ministre de l’administration territoriales brille de tout feu de par sa haine envers le président de la république qui selon lui serait la source de tous les maux du Mali. Il n’a jamais manqué d’occasion pour appeler à en finir avec le régime en place.

 

Le dernier post de Moussa Sinko Coulibaly sur le réseau social à en finir avec le régime d’IBK est très claire. Il a dit, je cite « il est impérieux de mettre fin à ce régime incompétent afin d’abréger la souffrance des maliens », fin de citation. En terme claire, il faut faire partir l’actuel locataire de Koulouba quelques soient les moyens. Toute version qu’il a niée lors de son interpellation au Camp 1 de gendarmerie. Et pour renforcer le clou, il s’insurge contre la première institution du pays en la qualifiant d’ennemi numéro UN du pays lors d’une émission débat dans une radio de la place, car dit-il, celui-ciaurait refusé la construction d’un hôpital militaire de dernière génération pendant son passage à la tête de l’Ecole de Maintien de la Paix(EMP). Pire, dans son mensonge, il fait allusion à un militant du RPM sans citer de nom. Heureusement que le peuple malien n’est pas dupe. Ce le général frelon n’aurait jamais caché de nom s’il avait des preuves de ce qu’il avance. Le plus intrigant dans cette affaire d’hôpital militaire, c’est que c’est après son interpellation qu’il sort ce mensonge grotesque afin de se faire passer pour victime car il sera bientôt présenté à un juge.

Le président du nouveau parti politique impopulaire Ligue Démocratique pour le Changement(LDC) sera bientôt devant un juge. Ceux qui pensent qu’il s’est fait de la notoriété pendant son interpellation, comprendront que l’Etat ne va plus badiner avec les propos de genre lèse-majesté survenu après insuccès.

Selon Breton Rafa, « quand on n’a que des racontars comme argumentaire, mieux vaut se taire car tu as perdu ton statut humain véritable ».

A suivre…

La Rédaction

Le Rayon