Le très long suspens né de la formation du nouveau gouvernement s’est soldé par l’éviction de 12 membres de l’ancien attelage. IBK et son PM ont bien porté des gans pour nettoyer les écuries d’Augias en témoigne la longue attente. Une équipe de 32 membres dont 11 femmes va conduire les premiers pas de ce second quinquennat.

A l’issue d’houleuses tractation, le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga a livré, dimanche 09 septembre, la composition du nouveau gouvernement. Une équipe pléthorique de 32 membres. Il n’en fallait pas plus pour se défaire de compagnons à la limite encombrants de l’acabit du très folklorique Maouloud Ben Kattra. Le ministre de l’Emploi avait usé de tous les subterfuges pour rester au gouvernement. Hélas !

Il n’est pas le seul frustré, la liste est longue. Il faut compter Tieman Hubert Coulibaly, ancien ministre des affaires étrangères, Hamidou Younoussa Maïga, ministre de la Justice, Me Kadidia Sangaré Coulibaly (Droits de l’Homme), Dr. Abdramane Sylla, Malick Alhousseyni (Energie de Eau), Abdel Karim Konaté (Commerce), Mohamed El Moctar (Reconciliation nationale), Mme Traoré Oumou Touré (Promotion de la Femme), Mohamed Aly AG Ibrahim (Industrie), Cheick Sidiya Sissoko et Me Baber Gano.

Selon des sources proches du président, nombre des frustrés doivent leur départ au piètre score par eux livré dans la mouvance de la réélection d’IBK. Quant bien même l’on sait que Maouloud Ben Kattra et Mohamed Aly Ag Ibrahim avaient pignon sur rue dans la propagande médiatique en faveur du président. Le premier avait d’ailleurs crée via ses clubs de soutien le sulfureux slogan : « IBK an ka ta » (IBK avançons). Le second, pour noyer son inefficacité, avait inondé les panneaux d’affichages géants  de la capitale avec une image de lui et d’IBK pour marquer sa proximité avec le chef.

Par David Dembélé

Dépêches du Mali