NOUVELLE LOI ÉLECTORALE : Ce qu’en disent les citoyens

Après l’adoption de la loi électorale par le Conseil National de Transition, les Maliens émettent leurs avis.

Adama Traoré, informaticien
Même si ce n’est pas la solution définitive à nos crises politiques, ça nous permettra au moins d’éviter les problèmes post-électoraux que nous avons connus par le passé.  Et je pense que les membres du CNT se sont servis de ces échecs pour que ça soit une solution efficace cette fois-ci.
Mamadou Singaré, commerçant
L’adoption de la loi électorale par le CNT peut être considérée comme le début de la stabilité politique au Mali. Le pays a beaucoup souffert, il est temps que les Maliens se retrouve pour aller de l’avant.

Abou Kané, enseignant
C’est une partie de la solution de la crise politique que vit le Mali. Parce qu’au moins, cela jette la base d’une sortie de crise politique. Avec cette loi, il va y avoir, dans les prochaines mois, l’organisation d’élections libres et transparentes qui pourront doper le Mali d’un système politique légitime et légal. Il ne sera pas contesté ni par l’intérieur ni par l’extérieur.  C’est une avancée majeure dans le cadre de la sortie de crise au Mali.

Ousmane Touré, électricien

Je pense que cette loi ne peut résoudre certains problèmes politiques maliens, que si cela est mis en pratique, respecté comme il le faut.

Fatoumata Maïga, agent commercial

Quant à moi, je pense que cette loi peut résoudre nos crises politiques. Car, selon moi, si la loi est bien appliquée et que tous les citoyens la respectent, ça va aboutir à assainir les pratiques électorales. Mais, n’oublions pas qu’une loi ne vaut que lorsqu’on la met en pratique.

Ousmane Traoré, vendeur de moto

Il y aura toujours beaucoup d’acteurs de tous bords pour essayer de contourner ou jouer avec cette loi. Je pense donc qu’elle ne va pas résoudre les problèmes électoraux car il faut compter avec nos politiciens pour dribbler la loi.

Propos recueillis par Kadiatou Ouattara et Ketsia Konaté

Source: Journal Les Échos- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Côte d’Ivoire-Mali : la difficile médiation de l’ONU pour la libération des soldats ivoiriens

Dr. Laya Amadou Guindo : « Nous ne sommes pas dans un acharnement contre le Premier ministre »

PROPOS D’EMMANUEL MACRON TENUS LE 28 JUILLET EN GUINNEE-BISSAU: TABITAL PULAKU AFFIRME SE RECONNAITRE DANS LE COMMUNIQE DU GOUVERNEMENT ENGAGEANT TOUTE LA NATION

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct