Malijet.co

Plan stratégique 2019-2023 du DD-Intégration : Une étape décisive

Le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré a présidé, lundi dernier à Ségou, les travaux de l’atelier de validation du plan stratégique désarmement, démobilisation réinsertion-intégration. C’était en présence du président de la Commission nationale de démobilisation, désarmement et réinsertion (CNDDR), Zahabi Ould Sidi Mohamed, du conseiller juridique du gouverneur de Ségou, Issa Koné, et du représentant de l’Union africaine (UA), Pierre Boyoya.

Ainsi, pendant deux jours, les participants à l’atelier ont planché sur le plan stratégique DD-Intégration, le plan réinsertion accélérée, ainsi que la présentation du code de conduite sur les sites de cantonnement. Ils ont discuté et convenu du lancement du DDR accéléré et de la réinsertion des volontaires.
Dans son allocution, Zahabi Ould Sidi Mohamed a remercié l’ensemble des acteurs pour leur participation à la rencontre, un espace qui, selon lui, constitue le redémarrage du cadre de dialogue inter-malien qui avait été interrompu depuis l’annulation de la 38e réunion du Comité de suivi de l’accord à Kidal (CSA). Il ajoutera que l’atelier de Ségou est un virage important dans le processus de DDR qui est prévu par l’Accord pour la paix et sa feuille de route est suivie par la communauté internationale, donc par le CSA. La reprise du dialogue inter-malien a été favorisée par le Dialogue national inclusif (DNI). Justement, l’une des recommandations du DNI est l’accélération du DDR, conformément à l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale.
Pour Zahabi Ould Sidi Mohamed, l’étape du processus du DDR a pris fin. Cette phase a permis l’enregistrement dans la base de données de 26.000 combattants avec des armes individuelles et collectives. «Ceux-ci sont considérés comme la première catégorie. La seconde catégorie concerne les jeunes à risque afin d’éviter qu’ils soient enrolés par les terroristes», précisera Zahabi Ould Sidi Mohamed. Parmi les 26.000 combattants, environ 10.000 iront à l’intégration, conformément aux accords signés entre les différentes parties, dont les Nations unies. Cette demande des mouvements signataires a été acceptée par le gouvernement et est régie par les lois, textes et règlements de notre pays.

Concernant les premiers bataillons du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) qui sont environ 1.800, Zahabi Ould Sidi Mohamed dira qu’il s’agit-là d’un exemple pilote. «Il faut tirer les leçons apprises de cette première étape qui a permis de négocier entre les parties maliennes et de voir ce qu’il y a lieu de faire urgemment. Nous sommes pris par le temps qui joue en notre défaveur. Il faut accélérer le DDR, tout en mettant l’accent sur le coût», a insisté le président du CNDDR. S’agissant du plan qui vient d’être validé, il reprend toutes les problématiques citées plus haut. Le plan fait également référence aux critères d’intégration, au processus et aux deux catégories de combattants qui sont concernés par le DDR.
Le document prend en compte également le DDR dans les Régions de Mopti et Ségou qui est différent du DDR des régions du Nord. Le plan précise que le groupe cantonné à Sévare n’a pas été oublié. Ces combattants (environ 3.000 éléments) sont enregistrés sur la base de données et la moitié de ce groupe a des armes de guerre fonctionnelles. Le plan prend en charge l’intégralité de tous ceux qui sont armés au nord et au centre, résumera Zahabi Ould Sidi Mohamed.
Pour le ministre Lassine Bouaré, l’urgence est d’aller vite pour la paix et la réconciliation dans notre pays. Le temps n’est plus notre ami et la situation sécuritaire est de plus en plus critique, a rappelé le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, ajoutant que le plan va capitaliser les acquis du DDR accéléré qui a été complexe et coûteux.
«Le plan va concerner le DDR de façon générale. Le document simplifie les démarches pour la bonne marche du processus», dira Lassine Bouaré, avant de féliciter les acteurs, notamment les mouvements signataires pour la réussite de la première phase du processus de DDR. Elle a été faite avec des compromis avec comme seul objectif la recherche de la paix et par la même occasion aider le pays à avoir une armée reconstituée. Une armée qui intègre l’ensemble des segments d’une armée efficace et capable de faire face à toutes les questions de défense et de sécurité du pays.

Mariam A. Traoré
Amap-Ségou

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

LEGISLATIVES A GOUNDAM : Gaucher prend le large en se classant en tête malgré le sabotage

LES ELECTIONS LEGISLATIVES AU MALI : Des électeurs ont défié le Coronavirus pour accomplir leur devoir citoyen

Premier tour du scrutin du 29 mars: Deux des cinq anciens candidats à la présidentielle 2018 passent, l’un est contraint au second tour et deux sont éliminés

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct