POLITIQUE: Choguel et le devoir d’ingratitude

Choguel K. Maïga pourra réussir sa mission. Il a l’étoffe et l’Alan. Il lui faudra juste ne pas trainer des boulets et trahir des gens et des causes.

 

En politique, on dit que la trahison est une question de date. Choguel, notre nouveau Premier ministre, arrive sur les rotules. On ne peut pas ne pas saluer sa constance et sa pugnacité tout le temps que l’on pensait sa cause perdue.

Choguel a le bagout. Il sait convaincre. Il a des idées claires. Par-dessus tout, il tient à cette mission. Il a des casseroles, comme la majorité de nos hommes politiques, mais, il présente l’avantage d’avoir développé l’étoffe d’homme d’Etat, d’avoir le courage de ses opinions.

Choguel tient au poste. Il s’est battu pour l’avoir. Sa nomination, contre la volonté de la France et de la Communauté internationale est un lourd pari, mais, une lourde responsabilité pour lui.

Pour réussir, il devrait arrondir beaucoup les angles. Et être ingrat à des causes. La première, c’est vis-à-vis du Mouvement du 5 juin, Rassemblement des Forces patriotiques (M5-RFP). Les attentes sont grandes. Même si on offre au mouvement les 25 postes ministériels prévus, il y aura des frustrés. Il y aura des déçus parmi ceux du mouvement qui ont passé leur temps à réclamer une dénonciation de l’Accord issu du processus d’Alger. Le nouveau Premier ministre, pourfendeur dans l’opposition, de l’Accord d’Alger, ironie du sort, se retrouve à les appliquer. Il n’a aucun pouvoir pour ne pas le faire. D’ailleurs, il a dû donner des gages à la CMA, à la France et aux autres nations partenaires pour cela.

Le nouveau Premier ministre aura à faire des compromis que les vrais militants de M5-RFP ne comprendront pas. En effet, à ce niveau, il y en a avec la forte intention d’en découdre avec le statuquo ante. Le Premier ministre s’inscrivant dans une continuité, pour rassurer, va les décevoir.

Cependant, à n’en pas douter, la réussite de Choguel est à ce niveau. Etre Républicain, incarner l’Etat, se départir de chapelle et ne pas avoir d’agenda post-2022. Pour cela, il s’aliénera beaucoup de sympathies, mais, entrera dans le panthéon Malien.

Alexis Kalambry

Source : Mali Tribune

Vous allez aimer lire ces articles

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres : « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Professeur Issiaka .A. Sinkaré, nouveau Directeur de cabinet de la Primature : Un esprit éclairé à la cité administrative

Paix et stabilité au Mali : Mouvement « Ko-Koura » donne le ton

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct