POLITIQUE Transition : les ‘’canbidats’’ et les ‘’cantidats ’’

Au rang des candidats, ayant déposé leurs dossiers pour siéger au CNT (Conseil National de Transition) il y a, d’un côté, les « cambidats », ceux qui ont voix au chapitre. Et les « cantidats », ceux qui cherchent une place autour de la « mangeoire nationale ».
Dans un cas, comme dans l’autre, le « Mali nouveau », dont la transition est censée accoucher, risque d’être sacrifié sur l’autel des intérêts personnels.

En dépit des appels au boycott du CNT, plusieurs partis et regroupements politiques, y compris le M5-RFP, ont fait acte de candidature pour siéger au CNT. Dont la clé de répartition continue de faire jaser au sein de l’opinion publique.

Le boycott du CNT boycotté

Lors de la rencontre, jeudi 19 novembre, entre les partis politiques et le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga, ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, dans la salle de conférence de son département, les représentants des partis politiques ont, à l’unanimité, réclamé l’abrogation des deux décrets, qui accordent 22 sièges au CNT ; tandis que les autres corporations n’ont eu droit qu’à la portion congrue.
Le M5-RFP, auquel huit sièges ont été proposés au sein du CNT, n’a pas jugé utile de participer à cette rencontre. Mais, les leaders politiques et le ministre de l’Administration Territoriale se sont quittés sue un désaccord.
« C’est inadmissible de continuer à marginaliser les partis politiques. Cela ne peut pas continuer », déclare Tiébilé Dramé, leader du Parena. Et de demander à la junte militaire, au pouvoir depuis le 18 août dernier, de « surseoir au processus de mise en place du CNT et de ne pas le faire présider par un militaire ».
Connu pour ses positions tranchées face à la militarisation de la transition, Cheick Oumar Sissoko, leader du Mouvement « Espoir Mali-Koura », membre du M5-RFP à barrer la route à « l’installation d’un régime militaire ».

Vers un bras de fer avec la junte militaire

« Ils ont été ministres, nous n’avons rien dit. Nous les retrouvons jusque dans les cabinets comme chargés de mission. Nous allons les retrouver dans les préfectures et les sous-préfectures et, surtout, dans le CNT où, nous avons besoin de gens, totalement, libres avec des qualités pour examiner les dossiers et savoir lire le droit ».
Derrière les revendications catégorielles se cachent la colère des partenaires sociaux, décidés à combattre ce qu’ils appellent « l’accaparement du pouvoir » par la junte militaire.

Le projet du « Mali nouveau » relégué aux calendes grecques

Présidant, jeudi 19 novembre, la rentrée des cours et tribunaux, le président de la transition, Bah N’Daw appelle les syndicats à surseoir à leurs revendications financières, compte tenu, dit-il, de la situation actuelle du pays.
Un appel, qui a peu de chance, d’être entendu par les partenaires sociaux. Qui accusent, de leur côté, la junte militaire d’avoir crée un poste de vice-président, une poche de dépense supplémentaire pour le budget national.
De leur côté, les Maliens redoutent que le CNT, l’organe législatif de la transition ne referme plus de « cantidats » que de « cambitants ; c’est à dire, plus de « députés alimentaires », que de députés capables de défendre la refondation du Mali.
A l’allure où vont les choses, la course aux intérêts personnels semble avoir pris le pas sur le projet du « Mali nouveau », que les Maliens appellent de tous leurs vœux.
Le moins que l’on puisse dire, c’est le Mouvement de contestation a, encore, de beaux jours devant lui.

Oumar Babi/Canarddechaine.com

Vous allez aimer lire ces articles

Réformes politiques : Le M5-RFP dénonce des » tentatives non-inclusives de relecture des textes électoraux » et pose des conditions à sa participation à la prochaine formation technique

Dr Ousmane Sy sur les processus électoraux durant la Transition: » La préparation d’une nouvelle Constitution et la tenue du référendum et des élections générales doivent se dérouler en six mois «

Hôpital militaire de Banankoro : Un rêve vieux de 60 ans se réalise

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct