Malijet.co

Primature : Les raisons pour choisir Modibo Sidibé

De tous les potentiels candidats au poste de Premier Ministre, Modibo Sidibé est celui qui répond le plus au critère « consensuel » recherché par les acteurs de la scène politique malienne.

 

Membre de l’opposition républicaine, Modibo Sidibé, Président des Forces Alternatives pour le renouveau (FARE) s’est toujours distingué par son calme olympien et sa manière très courtoise à lui de prendre la parole sur une scène politique malienne où beaucoup pensent que c’est crier plus fort que les autres et avoir l’injure facile qui permettent de se faire une place. Lui n’a jamais opté pour cette stratégie qui, d’ailleurs, est loin d’être payante. Politique et non-politicien, Modibo, mieux que quiconque, maitrise les rouages du jeu politique malien. Plusieurs fois, le Ministre et compagnon de route des Présidents Alpha Oumar Konaré, Amadou  Toumani Touré et Ibrahim Boubacar Kéïta (avant que celui-ci ne soit Président), il connaît la politique et les politiciens. Van, comme l’appelle les intimes, a l’étoffe du métier.

Un Premier Ministre « consensuel » 

C’est aujourd’hui la denrée rare que recherche IBK et ses farouches adversaires d’hier, devenus le temps de deux rencontres, les  nouveaux alliés pour sauver la case Mali.

Le « flic » a toutes les cartes en main. Sa  rencontre du mercredi dernier avec le Chef des tisserands, Dr Bocary Tréta, s’inscrirait dans cette logique.

Il a des qualités indéniables qui font de lui le digne successeur de Soumeylou à la Primature. Qui ne se souvient pas de son refus catégorique de rejoindre le RPM dans l’entre-deux tours de la présidentielle de 2013 au moment où tous les signaux désignaient IBK vainqueur. Il a refusé, car, il était selon lui, tenu de respecter le pacte signé entre son parti, l’URD et l’ADEMA. Un pacte qui stipulait qu’il fallait soutenir le candidat de la formation qui ira au second tour. Ce respect de la parole donnée lui a valu de perdre un soutien financier de taille de son parti, en la personne de Zoumana Mory Coulibaly et des Députés.

Ses rares prises de parole font de lui un des Hommes politiques maliens dont les propos sont religieusement écoutés par ses concitoyens. «Il ne parle que quand il faut parler», disait de lui un observateur de la scène politique. Mais, ses rares prises de paroles sont souvent compensées par les communiqués de son parti sur les enjeux majeurs de la nation, des communiqués qui, il faut le dire aussi, sont sensés et assortis souvent des propositions concrètes. Une chose très appréciée par les Maliens qui ne cessent de manifester leur ras-le-bol vis-à-vis de ceux qui critiquent le Régime sans rien proposer en retour.

Mieux, au sein de la majorité présidentielle, il jouit d’une certaine estime dont peut se targuer les autres membres de l’opposition qui se prennent régulièrement des volées de bois verts. Lui, il a le mérite d’être épargné par les piques du Régime.

La seule tache qui salit jusque là son CV, ce sont les diverses interprétations autour de l’initiative riz. Mais, là, l’Homme, après son passage à la Primature et lors des campagnes de 2013, a pris suffisamment de temps pour étaler les chiffres de l’initiative et démontrer qu’il était sans reproches. Mais, les Maliens ne sont jusque là pas tous convaincus.

En tout cas, vu sa proximité avec ATT et AOK (tous consultés),  le respect et l’estime dont il bénéficie auprès de l’opposition et du Régime et sa réputation de «Gros bosseur» qui n’a jamais été démenti,  Modibo Sidibé est bien parti pour occuper à nouveau le fauteuil de Premier Ministre «consensuel».

Mohamed Sangoulé DAGNOKO

LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Protestations populaires en Algérie: Quelles conséquences pour le Mali ?

Présidentielle et concertations régionales de 2018: Les recommandations du POCIM

Cadre de Concertation National : Le Forum des Organisations de la Société Civile au Mali suspend sa participation

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct