Malijet.co

Prorogation du mandant des députés : Le CSDM salue la décision du gouvernement

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) a salué la décision du gouvernement de proroger le mandat des députés jusqu’au 2 mai 2020. C’est ce qui ressort du point de presse organisé par les responsables de cette faîtière de la diaspora malienne, ce dimanche 9 juin 2019 à son siège à Torokorobougou.

Au cours de la session extraordinaire du Conseil des ministres du vendredi 7 juin 2019, le gouvernement du Mali a adopté un projet de loi organique portant prorogation du mandat des députés à l’Assemblée nationale jusqu’au 02 mai 2020.

Cette deuxième prorogation diversement appréciée au niveau de la classe politique et de la société civile. Dans la déclaration lue par le vice-président du CSDM, Boubou DOUCOURE, en présence du président de l’organisation, Chérif Mohamed HAÏDARA, ainsi que plusieurs autres membres du bureau exécutif, le CSDM apprécie la proposition gouvernementale de proroger à nouveau le mandat des députés de l’Assemblée nationale.

Avant cette sortie, le CSDM avait multiplié ces derniers temps les appels en faveur d’une prorogation du mandat des députés.

Ainsi, dans une correspondance en date du 28 mai 2019, le CSDM avait saisi le ministère de l’Administration territoriale, pour une deuxième fois, invitant le gouvernement à envisager la possibilité de proroger le mandat des députés jusqu’au terme des réformes politiques et institutionnelles.

Selon M. DOUCOURE, cette décision du gouvernement conforte le CSDM dans son combat pour l’élection aux postes de députés des Maliens établis à l’extérieur. De son avis, ce combat sans relâche du CSDM trouve sa pertinence dans l’attente profonde de la diaspora sur cette question de sa représentation à l’Assemblée nationale.

Pour rappel, en septembre 2018, le CSDM avait demandé au gouvernement de proroger de 18 le mandat des députés à l’Assemblée nationale.

« Ceci nous paraissait un délai normalement correct permettant aux différents acteurs d’arriver à réaliser l’essentiel des préalables indispensables au bon fonctionnement de nos institutions », a déclaré M. DOUCOURE.

Répondant aux questions des journalistes, le président du CSDM, Chérif Mohamed HAÏDARA, a insisté sur le fait que la présence des Maliens de l’extérieur à l’Assemblée nationale les permettra de mieux défendre leurs intérêts dans divers domaines. À ce niveau, il a fait notamment l’investissement productif et ses mesures d’accompagnement, l’amélioration des conditions de vie de vie et de séjour dans les pays d’accueil, etc.

Il s’est réjoui de constater que l’engagement constant de son organisation a permis de faire bouger les lignes sur cette question. Selon lui, la question n’est plus de savoir s’il faut que la diaspora soit représentée à l’Assemblée nationale, mais plutôt de savoir combien de sièges doit-on consacrer aujourd’hui aux Maliens de l’extérieur?

Gaoussou Kanté

SourceMalijet

Vous allez aimer lire ces articles

[MALI] Décision de retrait de la Cofop du dialogue inclusif : La Codem, principale force politique du regroupement, n’a pas été associée à cette démarche

Dialogue politique : le ministre Houseini Amion Guindo entre l’enclume et le marteau

Junte militaire de Kati: Amadou Haya Sanogo et compagnons bientôt libérés ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct