Entre le député Karim Keïta, candidat pour un deuxième mandat parlementaire, et la grande famille Touré de sa circonscription électorale, un mur de glace savamment érigé allait s’installer dans un contexte de combat acharné pour trois sièges parlementaires. L’enjeu se révèle d’assez grande importance pour que la manipulation s’en mêle, y compris par des tentatives d’attiser le sujet et lui donner des proportions surdimensionnées.

 

Née d’une simple maladresse diplomatique, la bisbille s’est ainsi amplifiée sur fond d’extrapolation vers la brûlante «Affaire Birama Touré» que d’aucuns avaient visiblement intérêt à faire rebondir. Il n’était pourtant question que d’un simple malentendu autour d’une visite rendue à certaines grandes familles sans la famille Touré. De quoi ouvrir une brèche aux manipulateurs tels qu’il apparaît dans le propos de ce patriarche qui conditionne tout rapprochement avec Karim Karim à une clarification du cas Birama Touré. À quelques encablures du rendez-vous électoral, la donne n’est pas pour déplaire aux adversaires politiques. Sauf qu’une stratégie électorale ne saurait tenir solidement sur un malentendu susceptible d’être aplani à tout moment.

Pr Dioncounda Traoré dans le bon timing

Après une intrigante inaction consécutivement à sa nomination comme haut représentant du chef de l’État pour el Centre du Mali, Dioncounda Traoré émerveille de plus en plus par son dynamisme. Ses déclarations au sujet des négociations avec Amadou Kouffa et Iyad Ag Ghali n’ont guère tardé à traduire par des actions concrètes. Joignant l’acte à la parole, le très méthodique ancien président de la Transition a choisi de s’illustrer par une présence sur le terrain. Il s’est ainsi retrouvé à Mopti sans doute dans le cadre des prises de contacts devant lui permettre de prendre langue avec ses cibles. Et l’épisode, tenez-vous bien, intervient à un moment assez idéal pour une réussite de la démarche. Au-delà de la caution tacite des partenaires extérieurs pour la négociation avec les terroristes, elle se passe à un moment propice à la réceptivité des terroristes à un dialogue tant ils sont pris à la gorge par les pilonnages des forces Barkhane dans leurs tanières. On annonce pour cette dernière semaine la neutralisation d’une bonne cinquantaine justement au centre. De quoi l’inciter à se ruer sur l’offre de Dioncounda Traoré.

La Rédaction

 Le Témoin