Hier, mardi 11 septembre 2018, les responsables du Collectif pour la défense de la République (CDR) étaient face à la presse à la maison de la presse de Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale que l’accord politique conclu entre le CDR et  le candidat de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaïla Cissé est arrivé à son terme. Cependant, le CDR reste engagé pour le respect de l’état de droit et la démocratie malienne. « Le CDR se joint aux actions juridiques initiées par les Candidats réunis autour de Soumaïla Cissé et le parti SADI contre les membres de la cour constitutionnelle pour forfaiture devant la cour suprême et la cour de justice de la CEDEAO… IBK est le président provisoire en attendant l’issue des urnes. Nous continuerons à contester les résultats de l’élection présidentielle par les voies légales », a déclaré le porte-parole du CDR, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath. Par ailleurs, le CDR annonce sa non-participation aux élections législatives prévues pour le 28 octobre 2018.

Cette conférence de presse était animée par le porte-parole du CDR, Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, en présence du président d’honneur du Cdr, Boubou Lah, des membres du directoire de campagne de Soumaïla Cissé dont Tiébilé Dramé et Me Demba Traoré, des militants et sympathisants du CDR et bien d’autres personnalités. « Suivant les recommandations des journées populaires du CDR organisées les 24 et 25 Mars 2018 à Bamako, le comité scientifique a échangé  avec les candidats qui ont bien voulu adhérer au manifeste du CDR. Le jeudi 28 juin, le candidat de l’URD, Mr Soumaïla Cissé a été choisi suivant les critères établis pendant les  journées  candidat du CDR pour la récente élection présidentielle. Les deux organisations ont scellé un accord politique le lundi 30 juin 2018. A cet effet, il a été demandé à tous les comités du CDR de l’intérieur comme de l’extérieur d’approcher les bureaux de l’URD pour ensemble conduire la campagne en faveur de la victoire du candidat », c’est ce qui ressort de la déclaration du CDR lue par son porte-parole, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath. Avant d’ajouter que l’élection s’est déroulée en deux tours, le 29 juillet et le 12 Aout 2018, au cours desquels, les militants du CDR, particulièrement ceux de la diaspora, ont assumé avec brio la sensibilisation en faveur du candidat et la surveillance des opérations de vote. Après la proclamation définitive des résultats du 2ème tour le lundi 20 Août par la cour constitutionnelle, dit-il, le comité scientifique du CDR, conformément à son mandat, s’est réuni  le jeudi 23 Août pour évaluer la participation du CDR à cette élection et analyser le rôle des structures chargées des élections au Mali (le ministère de l’Administration Territoriale, la Délégation Générale aux Elections, la Commission électorale Nationale Indépendante et la Cour Constitutionnelle). Au cours de cette conférence de presse, Ras Bath a remercié le candidat Soumaïla Cissé pour la pertinence de son programme présidentiel, son sens élevé de responsabilité et son statut d’homme d’État dont le Mali a besoin. Aussi, il a remercié tous les militants de l’URD et la coalition ‘’Ensemble Restaurons l’Espoir’’ pour leur constance  dans le combat pour le Mali. « L’Investiture de Mr Ibrahim Boubacar Keita,  le 04 Septembre, par la cour suprême malgré, les irrégularités graves qui ont émaillé ces élections : bourrage des urnes, achat de conscience, tripatouillage des résultats… met fin au processus électoral selon les lois maliennes. Par conséquent, met fin à l’accord politique conclu entre le CDR et  le Candidat de l’URD, Mr Soumaïla Cissé. A cet effet, le CDR  annonce le retour à son statut originel et à ses activités de société civile. Le CDR prend acte de la proclamation de Mr Ibrahim Boubacar Keita comme président de la République du Mali. Cependant, le CDR se joint aux actions juridiques initiées par les Candidats réunis autour de Soumaïla Cissé et le parti SADI contre les membres de la cour constitutionnelle pour forfaiture devant la cour suprême et la cour de justice de la CEDEAO », a souligné Ras Bath. Il a fait savoir que la Cour suprême est obligée de statuer sur la plainte de l’opposition contre les membres de la Cour constitutionnelle pour forfaiture. Par ailleurs, le CDR annonce sa non-participation aux élections législatives annoncées par le gouvernement pour les mois d’Octobre et Novembre 2018,  tant quelles seront organisées par le ministre de l’administration territoriale, Mohamed Ag Erlaf, sur la base du fichier aux versions multiples et surveillées dans des  zones du nord et du centre par des groupes armés. Selon lui, le CDR est disposé à s’allier à toutes les forces vives de la Nation pour mener le chantier de renforcement du contrôle citoyen, de la bonne gouvernance et surtout, de l’amélioration du processus électoral.

« Jamais on n’a vu un mouvement populaire de cette ampleur se lever contre la fraude électorale »

Dans ses commentaires, le conférencier, Ras Bath a souhaité la réforme du système électoral au Mali pour la transparence des élections. «Le Mali n’est pas à l’abri des crises postélectorales tant que le système électoral reste en l’état », a-t-il martelé. « IBK est le président provisoire en attendant l’issue des urnesNous continuerons à contester les résultats de l’élection présidentielle par les voies légales », a précisé Ras Bath. Enfin, il a souhaité le respect des droits de l’homme au Mali et la libération des détenus comme Paul Ismaël Boro. Quant à Tiébilé Dramé, directeur de campagne de Soumaïla Cissé, il a félicité le CDR pour son engagement en faveur de l’alternance au Mali. Selon lui, le CDR fait parti des forces démocratiques au Mali. Avant de rappeler le combat du CDR au sein de la Plateforme Antè Abana contre la révision constitutionnelle. « Jamais on n’a vu un mouvement populaire de cette ampleur de se lever contre la fraude électorale. C’est unique, c’est historique et c’est sans précédent… Au moment où vous annoncez que votre partenariat politique avec Soumaïla Cissé est arrivé à son terme mais ce n’est pas la fin du combat pour le renforcement de l’état de droit pour la démocratie malienne, ce n’est pas la fin du combat pour le changement et l’alternance dans notre pays. Nous avons compris ce message. Hier, vous avez répondu présent à l’appel du peuple parce que vous êtes le peuple malien, aujourd’hui, vous avez répondu présent à l’appel du peuple parce que vous êtes le peuple malien, il n’y a aucun doute que demain, vous serez à tous les rendez-vous de notre peuple pour la liberté, pour la démocratie et pour le changement, bravo le CDR », a conclu Tiébilé Dramé.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain