Le Rassemblement Pour le Mali (RPM), parti présidentiel, remobilise ses structures de l’intérieur et de l’extérieur pour partir à la reconquête de la majorité parlementaire à l’Assemblée nationale. Son Bureau Politique National (BPN) a, à cet effet, rencontré, les 19 et 20 janvier derniers, les cadres des différentes sections et sous-sections.

L’objectif de ce conclave était de  » faire un diagnostic politique complet et d’identifier les contraintes et solutions appropriées  » afin de consolider sa position à l’Hémicycle. Ce parti, membre de la majorité présidentielle, détient toujours la majorité parlementaire avec 52 députés, malgré la démission de 24 parlementaires. Ce qui en fait la première force parlementaire et le leader sur l’échiquier politique à la suite de la réélection du président IBK.

Il entend maintenir cette position à l’issue des échéances électorales de l’année 2020. Le RPM n’exclut pas, à cet effet, de nouer des  » alliances porteuses et gagnantes  » pour remporter les législatives que Me Baber Gano, son Secrétaire général et ministre de l’Intégration africaine, annonce pour  » le mois de mars à venir « . Le premier critère de ces alliances est  » l’acceptation d’accompagner IBK dans la mise en œuvre des résolutions du Dialogue National Inclusif « . Le Secrétaire général a indiqué, néanmoins, que le périmètre de leurs alliances  » n’est ni hermétique, ni intangible « .

A ce stade, des conférences d’investiture des candidats aux législatives ont eu lieu depuis 2018 dans toutes les régions du Mali ainsi que le district de Bamako. Ce qui occasionna la démission de 24 députés-candidats qui n’ont pas été investis.

Le parti décide, en outre, de différer la date de son 5è congrès pour donner la priorité à l’organisation et à la tenue des élections législatives. En ce qui concerne le renouvellement des organes, Baber Gano a indiqué que  » l’appareil politique est largement implanté à travers le Mali « . Cependant, beaucoup de sections, précise-t-il, n’ont pas été renouvelées ou ne sont pas encore prêtes pour aller aux législatives, notamment à Sikasso, Gao, Mopti et Bamako (à l’exception de la CV).

En conséquence, Dr. Bocari Tréta, président du parti, appelle les cadres et militants à s’organiser et à rester mobilisés pour assurer une majorité parlementaire à RPM. Lequel sera face à l’URD de Soumaïla Cissé qui a révélé son ambition de devenir également la première force à l’Assemblée nationale.

Moussa Sayon CAMARA & Awa DOUMBIA (stagiaire)

Source : l’Indépendant