Rencontre entre la vice-secrétaire générale de L’ONU lors de sa visite au Mali et l’Imam Dicko : Les Nations Unies ambitionnent de s’appuyer sur Dicko pour un retour à la paix

Le vendredi dernier, la Vice-secrétaire générale des Nations Unies, madame Amina Muhammad s’est entretenue avec Mahmoud DICKO, l’influent Imam dont les actions avaient été remarquables dans la mobilisation contre le régime d’IBK. Cette rencontre s’inscrit-elle dans le cadre de la recherche de solution pour stabiliser les zones du sahel où opèrent quotidiennement les groupes armés terroristes? Met-elle tout son espoir sur un homme qui n’aurait pas assez de peine à négocier pour la paix ? Doit-on se réjouir de cette nouvelle quand on sait que ces derniers continuent à demander la mise en place d’une gouvernance théocratique basée sur l’application de la charia.

Aujourd’hui le Mali fait face à des entités jihadistes dont la principale entité est le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou JNIM), qui regroupe différents groupes au Sahel se revendiquant d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi): il s’agit principalement d’Ansar Dine et de sa Katiba Macina, de la Katiba al-Furqan et d’al-Mourabitoune. En effet, après cette visite chez le très respecté et célèbre artisan de la chute du défunt régime, la puissante Organisation des Nations Unies(ONU) hostile à toute négociation avec les fous de la religion, semble changer sa façon de voir les choses pour le retour de la quiétude dans le sahel.

Selon une source proche de Badalabougou, c’est aux environs de 18h que la Vice-secrétaire générale des Nations Unies, madame Amina Muhammad, accompagnée du patron de la Minusma, s’est entretenue avec l’Imam DICKO
A l’en croire, le motif de cette visite était de trouver une solution inter malienne à la crise sécuritaire que nous vivons. Il s’agit de restaurer un climat d’entente entre autorités et groupes armés qui opèrent au Nord du Mali. La source nous indique que le concours de l’Imam Mahmoud DICKO avait bien été sollicité pour faire amener tous les fils du Mali à la table des négociations. Elle poursuivra que c’est le chef de la Minusma en personne qui a témoigné l’engagement et les efforts du rigoureux Imam dans la résolution des différentes crises que le Mali a connues. A l’en croire, les deux personnalités des Nations-Unies ont porté leur confiance et leur espoir à l’homme fort du Mali pour l’ouverture d’un dialogue franc avec les chefs terroristes pour la stabilité au Mali. Rappelons que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, réagissant à la question, avait précisé sur une chaine française que «Le dialogue était possible avec certains groupes jihadistes au Sahel mais pas avec les plus “radicaux” comme l’Etat islamique (EI), alors qu’une telle question se pose avec de plus en plus d’insistance, notamment au Mali.

Il y aura des groupes avec lesquels on pourra parler, et qui auront intérêt à s’engager dans ce dialogue pour devenir des acteurs politiques dans le futur »
Tout compte fait cette proposition de négocier avec les groupes armés maliens avait été recommandée lors du Dialogue national inclusif organisé à Bamako.

Ben Cherif

Source: Le Soir de Bamako

Vous allez aimer lire ces articles

58ème sommet ordinaire des chefs d’état et de gouvernement de l’organisation ouest-africaine: La CEDEAO réclame » une Transition apaisée dans le délai » et » la dissolution du CNSP «

Manifestation anti forces françaises au Mali : Ben le cerveau, Aboubacar Sidick et Salif Keita se trompent-ils de cadre de combat

Koulouba 2022 : La mafia religieuse et les hommes d’affaires à la conquête du fauteuil présidentiel

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct