Rentrée politique de l’Alliance Espérance Nouvelle « Jiguiya Kura » : Poulo en chantier d’un rassemblement national

L’Alliance Espérance Nouvelle « Jiguiya Kura » a tenu son meeting de rentrée politique le dimanche 7 février 2021, au palais de la culture, Amadou Hampaté Ba. L’évènement qui a regroupé les responsables, militants des partis de l’Alliance et amis, était placé sous le thème : « réforme et vivre ensemble ». Housseini Amion Guindo dit poulo, président de la convergence démocratique pour le Mali (CODEM) et de l’Alliance Jiguiya Kura a, pour l’occasion, appelé l’ensemble de la classe politique à l’union sacrée, au chevet du Mali.

Parallèlement à son objectif de rassembler les forces vives de la nation, la plate-forme « Jiguiya Kura », Espérance Nouvelle a rempli le Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba avec des militants venus de l’ensemble du Mali et de la diaspora.

Dans cette foulée, l’ancien ministre de l’Environnement, de l’Assainissement, et du Développement durable, Housseini Amion Guindo, a tenu un discours dans lequel il met les Maliens face à leur responsabilité.

« Il n’est question que du Mali, rien que du Mali » a-t-il rappelé en justifiant le choix du thème de l’évènement : « réforme et vivre ensemble ».

En cette circonstance, Poulo a encore exposé l’état de dégradation de la cohésion sociale au Mali, « socle de paix et de tout développement harmonieux » qui, dit-il, nécessité un rassemblement de tous afin de « sauver la patrie en danger ».

Malgré la profondeur de la crise, Housseini Amion a rassuré que ce n’est pas une fatalité et que seule l’union de tous les Maliens permettra de sortir de cette impasse « imposée » au Mali. « Un autre Mali est possible » a-t-il indiqué en soulignant que c’est ce chemin que l’Alliance Esperance Jiguiya empruntera avec tous les patriotes convaincus.

A ses dires, deux missions ont inspiré la création de Jiguiya Kura, notamment, de veiller à la bonne marche de la transition et la conquête et l’exercice du pouvoir.

Sur le même volet, Housseini Amion Guindo a précisé que seule « l’inclusivité doit être la règle pour sortir de cette transition de façon apaisée ».

Il a invité la transition à établir « un chronogramme clair et précis, nous permettant d’aller aux élections aux délais indiqués ».

Compte tenu de la circonstance du Mali, l’ancien ministre a demandé aux autorités de la transition de sévir contre tout propos visant à semer la discorde et à entacher le vivre ensemble. « Pas de chèque en blanc » a-t-il mis en garde et d’ajouter : « Nous encourageons et soutenons les autorités de la transition uniquement dans ce sens ».  

A l’instar de beaucoup de mouvements, Poulo aussi a rappelé « qu’une transition ne peut pas tout faire », d’où l’importance de recadrer les objectifs uniquement autour de la « sécurité et l’organisation des élections à date ».

L’alliance Jiguiya Kura partira aux élections. Pour rappel, la quête du pouvoir est le deuxième objectif de l’alliance et Poulo a rassuré que cet objectif n’a pas changé : « depuis toujours, notre engagement pour le Mali n’a pas varié ». D’ailleurs, il se dit prêt pour cette mission. « Cet engagement vient de la plus prestigieuse des écoles. Je veux parler du vécu quotidien dans le Mali, des villes et des campagnes, des villages et des hameaux qui nous enseignent fort heureusement, contrairement à Harvard et à Sorbonne, nos valeurs et nos cultures, indispensables pour tous ceux qui expirent commander le bateau Mali ».

En plus de cette connaissance s’ajoute un caractère. « Notre attachement à la politique est purement social, c’est pourquoi, malgré les opportunités, nous ne sommes pas riches et nous ne serons jamais riches tant que 99% de nos compatriotes resteront pauvres » a-t-il rassuré.

A le croire,  l’éducation qu’il a obtenue et les valeurs du Mali lui ont toujours enseigné le partage désintéressé et le respect de la chose publique. « Notre passage dans les différents postes de responsabilités de l’État est là et accessible à tous pour témoigner de notre souci constant pour le Mali » a-t-il indiqué.

A la lumière de toutes ces précisions, le président Poulo a tenu à lever l’équivoque sur l’ambition présidentielle de Jiguiya Kura. « Pour ceux qui en doutent encore, nous disons clairement que notre plateforme Jiguiya Kura aura bel et bien son Candidat à la prochaine élection présidentielle et plaise à Dieu, nous gagnerons », précise-t-il.

Pour conclure, le président de la CODEM a invité l’ensemble des Maliens à se donner la main pour combattre l’ennemi commun qui n’est autre que le terrorisme. « Que nul ne se trompe de combat, il n’y a pas de conflit intercommunautaire dans notre pays… Notre ennemi, c’est le terrorisme. C’est pourquoi, il doit être combattu par toutes les communautés » a-t-il indiqué en ajoutant que « Tout le monde est menacé ».

Issa Djiguiba

Cela se passe de tout commentaire ! Car, la mairie de la commune urbaine de San est secouée par un scandale qui les plus avertis à se poser la question de savoir comment la cupidité peut amener nos cadres sensés incarner les vertus de probité, d’honnêteté, d’intégrité… à inscrire leurs actions dans des pratiques qui violent tous les principes d’orthodoxies en matière de gestion des affaires publique les poussant ainsi à bousculer les limites du tolérable.

En effet, sur la base d’une dénonciation anonyme relative à la confection et à l’émission de fausses quittances de trésor par un réseau entretenu par certains cadres de la mairie de la commune urbaine de San, la Brigade d’investigations du Pôle Economique et Financier de Bamako a aussitôt diligenté une enquête afin d’en savoir davantage sur cette dénonciation.

A l’issue des premiers éléments, le constat était sans appel, les enquêteurs ont conclu qu’il existe effectivement un réseau de confection de fausses quittances du trésor public. Ainsi, une fois confectionnées celles-ci sont utilisées pour effectuer les recouvrements en lieu et place des vraies quittances imprimées par la Direction nationale du Trésor.

Selon nos indiscrétions, l’enquête a aussi révélé que cette pratique était en cours depuis 2010. Toujours selon les premiers éléments de l’enquête, les soupçons pèsent sur plusieurs personnalités de ville de Santoro ni Karatela notamment l’actuel maire, Félicité Diarra, le Régisseur de la mairie, Synali Tieba, l’ancien maire, Sine Traoré et l’ancien président du GIE Dallan, Bourama Berthé qui ont tous été auditionnés par le Pôle Economique et Financier de Bamako. Pire, de l’avis des spécialistes, ces fausses quittances confectionnées et émises ont fait perdre au trésor public plus de quatre milliards FCFA dans la circonscription de San.

De sources proches du dossier, les enquêteurs de la Brigade d’investigations se sont penchés également sur la question lancinante des dénonciations relatives à la gestion des affaires foncières des autorités communales de San. Ainsi, les enquêteurs ont constaté qu’un espace de plus de 10 hectares situé à Térékoungo, un quartier de San, avait été loti et attribué dans des conditions très floues et en violation de toutes les règles procédurales de gestion des affaires foncières et du Code des collectivités territoriales.

Les enquêteurs restent déterminés à faire toute la lumière sur cette affaire qui occasionne des saignées le Trésor public afin de démanteler les réseaux similaires implantés au sein des collectivités territoriales des autres localités de notre pays.

Nous y reviendrons !

Mama PAGA 

Source: Journal le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

LE PRÉSIDENT BAH N’DAW AUX LEADERS RELIGIEUX ET AUX FAMILLES FONDATRICES DE BAMAKO : ‘‘Je suis au courant de tout ce que vous faites dans l’ombre pour apaiser le pays’’

Mopti : Seydou Mamadou Coulibaly propose le pacte citoyen « Benkan »

Choguel Kokalla Maïga à propos des élections Présidentielles 2022 : «Aucun responsable ou militant du M5-RFP n’a, à ce jour, été désigné candidat»

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct