Renforcer les capacités des agents de l’OOAS, afin de surveiller et détecter ces épidémies, précocement. Dans le cadre de son plan de préparation et de réponse à l’épidémie de coronavirus, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), en collaboration avec le Ministère malien de la santé a organisé le vendredi 14 février dernier à l’Hôtel Sheraton. La cérémonie d’ouverture de la Réunion d’Urgence des Ministres de la Santé des Pays de la CEDEAO sur la préparation et la réponse à l’épidémie de Coronavirus ou Covid-19, parti de la Chine, mais dont la menace pèse aujourd’hui sur le monde entier, était présidé par le Premier ministre Dr Boubou Cissé.

 

C’était en présence des membres du Gouvernement ; les Ministres en charge de la Santé de  la CEDEAO; l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine ; le Directeur de l’Organisation Ouest africaine de la Santé, M. Stanley Okolo ; des membres des cabinets ministériels ; le Maire de la CIV du district de Bamako ; les Partenaires techniques et financiers ; les Représentants des Institutions impliquées dans la mise en œuvre du RSI ; les experts;  et  les représentants de la société civile.

Cette rencontre convoquée en extrême urgence témoigne de l’esprit d’anticipation et de l’engagement sans faille à la résolution des problèmes de santé, des acteurs de la santé. L’objectif était de promouvoir une initiative commune pour prévenir l’introduction de la maladie par la mise en place des différents dispositifs, stratégies et sensibiliser la population au niveau national et sous régional sur la conduite à tenir face à ce fléau. Aussi, d’harmoniser les stratégies régionales de préparation pour la prévention, la détection précoce et le contrôle du nouveau coronavirus (Covid 19).

Selon les termes de références : le 31 décembre 2019, le bureau des pays de l’OMS en Chine a été informé de cas de pneumonie d’étiologie inconnue dans la ville de Wuhan, province du Hubei en Chine. Entre le 31 décembre 2019 et le 3 janvier 2020, 44 cas de pneumonie d’étiologie inconnue ont été signalés à l’OMS par les autorités locales. Les premières enquêtes établissent un lien épidémiologique des cas avec le marché de gros de Huanan Seafood où, il y avait également la vente d’animaux vivants. Le 7 janvier 2020, un nouveau coronavirus (Covid 19) a été identifié comme l’agent causal. Depuis le 13 janvier, l’épidémie a commencé à se propager à l’extérieur de la Chine et au 30 janvier 2020, 18 pays sont touchés. L’OMS signale que le risque est très élevé en Chine, élevé au niveau régional et mondial, y compris dans la région de la CEDEAO. Le 30 janvier 2020, le Directeur général a déclaré que l’épidémie de Covid 19 constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Face à la transmission interhumaine associée à la propagation rapide dans un contexte de mondialisation, il devient urgent pour chaque pays de mettre en place des outils de surveillance et de diagnostic ciblant le nouveau coronavirus afin de mieux préparer la réponse à d’éventuels cas ou épidémie.

Pour sa part, le Premier ministre Dr Boubou Cissé a affirmé que : la récente crise sanitaire en Afrique de l’Ouest, causée par la maladie à virus Ebola a fait environ 28 000 cas avec 11 000 décès. En Guinée, au Liberia, en Sierra Leone, au Sénégal et au Mali, cette épidémie a démontré non seulement les limites de nos systèmes de surveillance, mais aussi a mis en évidence la nécessité d’une collaboration entre nos pays dans la gestion des problèmes de santé.

Il dira que, depuis 2008, une dizaine d’organisations internationales dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la Santé Animale (OIE) et la Banque Mondiale, ont élaboré un cadre de référence fondé sur le concept « UNE SEULE SANTÉ ».

À l’en croire, son but est de faciliter l’atteinte des objectifs du Règlement Sanitaire International (RSI, 2005), des Performances des Services Vétérinaires (PVS) et du Programme Mondial de la Sécurité Sanitaire (GHSA), avec une mission qui est de coordonner dans une approche Multi sectorielle et multidisciplinaire toutes les interventions sanitaires en vue de prévenir, de détecter et de riposter à toutes les maladies émergentes et ré-émergentes à potentiel pandémie.

Aïssétou Cissé

Source : Le Combat