Après Kangaba, le bureau politique national du Mouvement pour l’indépendance, la Renaissance et l’intégration africaine (MIRIA) s’est rendu, le samedi 13 juillet 2019, à Barouéli pour sa conférence de section. Objectif : présenter les membres du nouveau bureau issu du 5e congrès ordinaire du parti et discuter sur les questions d’actualité. C’était sous l’égide du président dudit parti, Dr. Mamadu Keita.

 

Dans son allocution, le Président du Parti, Dr Mamadou Keita, a fait savoir que le 5ème congrès a été un grand succès, car ça s’est passé en douceur et dans le strict respect des textes du parti. Cela, dit-il, témoigne de la maturité du parti.

À ses dires, Le congrès a fait des recommandations et des grandes orientations qui sont en train d’être mises en œuvre au quotidien. Dans ces derniers temps, le parti a rencontré plusieurs partis politiques du pays, a précisé le président de cette formation politique de la majorité présidentielle. Ces rencontres ont permis au parti de partager ses points de vue, avec d’autres formations politiques, sur les grandes questions de la nation. « Des échanges qui pourront aboutir à des alliances électorales dans les années à venir », a-t-il laissé entendre.

« Ce n’est un secret pour personne que notre pays traverse actuellement une crise sécuritaire et sociale notoire dont la résolution dépendra de la capacité d’écoute et d’engagement sincère de tous les acteurs   de la vie politique, sociale et culturelle de la nation », a laissé entendre le président du MIRIA. Selon lui, son parti restera engagé pour la résolution définitive de la crise que connait le Mali. « Le Miria a toujours œuvré dans le sens de l’apaisement des tensions sociales indispensables pour la réussite des réformes politiques nécessaires à l’application de l’Accord pour la paix issue du processus d’Alger », a-t-il rappelé Dr Mamadou Keita qui a aussi salué le dialogue politique inclusif en cours. « Au moment où nous tenons cette conférence, des actions sont en cours pour l’organisation du dialogue politique inclusif », informe-t-il ses militants de Barouéli avant de préciser : « Pour notre parti, ce dialogue est salutaire, mais de notre avis, il ne devrait pas déboucher sur la mise en cause des pouvoirs démocratiquement élus, elle devait par contre, servir de plateforme pour l’élaboration d’une vision nationale partagée des problèmes pour leurs résolutions ».

Par ailleurs, le président du parti a salué le travail abattu par la section du cercle de Barouéli. Il se dit confiant et garde espoir que son parti a un grand avenir. « Le bureau exécutif national du Miria ne doute nullement de notre capacité à relever, de nouveau, les défis futurs », a-t-il espéré avant d’inviter ses militants à faire de cette formation politique un « horizon indépassable » dans la commune de Barouéli.

Abdramane SAMAKE

Source : Le Pays