Selon des confidences recueillies à la Plateforme pour la lutte contre la corruption et le chômage (PCC), il y a eu d’énormes malversations dans l’exécution du Plan intégré de sécurisation du centre du Mali.

 

Pour certaines sources, le plan relatif à la sécurisation du centre du pays a concerné plusieurs milliards de nos francs. Et ils ont pu aiguiser l’appétit boulimique de certains cadres du pays.

Et, pour confirmer ces « détournements présumés » de fonds publics, Pr Clément Dembélé tenait en main, le jeudi dernier, dans son bureau de la PCC, sis à l’ACI-2000, un pli de documents dits « confidentiels » y afférents, dont il nous a refusé de prendre connaissance, « pour le moment ». Mais il a posté plus tard sur sa page facebook ceci : « Corruption au Mali : ‘‘Bientôt l’un des plus grands scandales sur l’affaire ‘‘Plan intégré à la sécurisation du centre du Mali’’ : des milliards détournés »

Rappelons que le plan de sécurisation intégré des régions du Centre (PSIRC), avait été mis en œuvre depuis 2018. Il se focalise non seulement sur le renforcement du dispositif sécuritaire dans les régions ciblées (Ségou et Mopti), mais également sur la prise en compte des questions de gouvernance et de développement socio-économique (volet socioéconomique).

Le PSIRC est structuré à quatre niveaux : sécurité, gouvernance, développement socioéconomique et communication. Il implante des pôles sécurisés de développement et de gouvernance (PSDG) dans les régions concernées.

Fortement inspiré de la politique nationale de lutte contre l’insécurité et le terrorisme, le plan de sécurisation intégré des régions du centre est bâti autour des axes stratégiques comme : assurer la présence et l’opérationnalité de l’administration publique à tous les niveaux, coopérer internationalement pour mieux agir localement, lutter contre la prolifération des armes légères; lutter contre le trafic illicite de drogues et la criminalité organisée; coordonner, suivre et évaluer la stratégie de lutte contre l’insécurité et le terrorisme.

Structuré à quatre niveaux que sont les composantes Sécurité, Gouvernance Développement socioéconomique et Communication, le PSIRC entendait implanter sur le découpage administratif des pôles Sécurisés de Développement et de Gouvernance à Mopti, Koro, Bankass, Djenné, Douentza, Youwarou et   Tenenkou. Ceux de la région de Ségou sont au nombre de cinq (Nampala, Monimpebougou, Inter fleuve (Souley,Matomo..),Niono-Sokolo-Doura, Timissa- Koua- Benena- Mandiakuy).

Bruno D SEGBEDJI

Mali Horizon