« Nous devons absolument éviter de cultiver l’idée que le volume de nos moyens militaires entraînera automatiquement l’éradication de la menace », analyse l’ancien Premier ministre malien.

 

Interlocuteur apprécié par la France et l’Algérie, Soumeylou Boubèye Maïga est un fin connaisseur des questions de terrorisme et de rébellion armée. A 65 ans, cet ancien patron du renseignement malien, qui fut Premier ministre jusqu’en avril dernier, propose de réaménager le dispositif militaire au Sahel et de mieux l’articuler avec les actions de développement.

Lire la suite dans l’Indépendant

Source : l’Indépendant