Tentative de division entre les magistrats: Le Procureur Touré sera-t-il entendu ?

Depuis un certain temps, le torchon brûle entre des magistrats du Mali. Toute chose qui n’est pas une bonne chose pour l’image de cette corporation organisée, crainte et respectée par la population. Pour donner sa part de vérité dans cette situation belliqueuse, le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune IV du District de Bamako, Idrissa H Touré, a décidé de briser le silence et de lancer un message à l’endroit des syndicats des magistrats qui sont en passe d’armes.

 

Jamais on n’aurait imaginé que les magistrats maliens puissent en arriver là. Des éléments du même corps qui se rivalisent. En illustre, cette guerre des communiqués  entre deux pôles syndicaux des magistrats. Il s’agit de l’AMPP-REFYSMA et le SAM-SYLIMA.

Le Procureur de la République du TGI de la commune IV, Idrissa H Touré, qui incarne le nouveau visage de la magistrature malienne, ne pouvait pas rester dans un silence de cimetière face à cette situation. Reconnu pour son courage, il a décidé de s’adresser à ses collègues afin de les inviter à revenir  en de meilleurs sentiments  pour que les magistrats soient toujours respectés au Mali. Cela, à travers une déclaration publiée le 8 septembre 2021 ayant fait le tour des réseaux sociaux,

Dans cette déclaration, le Procureur Touré a commencé par cette belle citation du Chancelier qui  dit que : «  c’est en vain que le magistrat se flatte de connaître la vérité et d’aimer la justice s’il n’a pas la fermeté de défendre la vérité qu’il connait et de combattre pour la justice qu’il aime ». Pour lui, la diversité des opinions a rallumé au sein des magistrats une sorte de « guerre civile »  ou cela dégaine de partout. Cette triste réalité n’honore nullement l’image des magistrats devant les yeux des justiciables. Ces derniers, selon lui, seront probablement surpris de voir que les magistrats sont incapables « de cultiver et conserver entre nous cette paix qu’il nous revient à distribuer aux autres hommes. La discorde dégrade la magistrature et triomphe de sa gloire », a-t-il dit.

En effet, selon le Procureur Touré, c’est bien qu’ils sont des ennemis au dehors mais aussi les plus dangereux dans leur sein ce qui complique l’exercice de leur métier. « Notre malheur vient de nous-mêmes. Nous effaçons tous les jours par de comportements peu orthodoxes le respect que l’on mérite des gens. Nous nous méprisons pour ensuite nous plaindre qu’on est méprisé », a-t-il déclaré. Pour lui, aujourd’hui les magistrats ne sont que l’ombre d’eux-mêmes puisqu’ils traversent tout leur temps dans des vanités personnelles , des querelles de gamins nées de petites jalousie et rancœur professionnelles alors que tout devait se tourner vers l’essentiel qu’est la restauration d’une bonne justice. «  Les autorités nous tirent dessus et au lieu que cela soit un catalyseur d’union, on se donne en spectacle », a-t-il déploré. Pour lui, ces rivalités donnent l’occasion à leurs détracteurs d’avoir raison. Il a rappelé aussi aux magistrats que les seuls méritants de la République se battent et meurent tous les jours au front pour que le pays continue d’être. «  Montrons leurs, de la reconnaissance pour le sacrifice inégalé  en essayant tant bien que mal à nous acquitter de notre part de dette envers le pays : faire correctement ou tout au moins, ce qu’il nous revient comme charges professionnelles au lieu de perdre du temps dans ces guerres de clochers oubliant que le Mali ne se limite qu’à Bamako », a dit le procureur Touré.

La discorde entre l’AMPP-REFYSMA et le SAM-SYLIMA doit terminer. Le peuple doit avoir confiance en leur justice, et cela n’est pas possible que si les magistrats s’unissent et gardent l’honneur que les gens leur accordent.

Espérons que ces conseils du Procureur Touré tombent sur des bonnes oreilles au sein de la magistrature malienne.

Adama Tounkara (stagiaire)

SourceLe Sursaut

Vous allez aimer lire ces articles

Assises Nationales de la refondation : L’Adema/pasj appelle à une participation de ses militants

EN ATTENDANT LA DÉCISION DES CHEFS D’ÉTAT DE LA CEDEAO:

ISSA KAOU N’DJIM APRÈS SA RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DU MOREMA, HIER: «Nous Les Hommes Politiques, Nous Avons Tous Peur D’exprimer Nos Idées Au Risque De Nous Retrouver Dans Une Situation Pas Agréable»

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct