Qu’est-ce qu’il a bien pu se passer pour que le Yelema de Moussa Mara subisse de tels coups de la part de la Codem, jusqu’à devenir sa chasse gardée. La question demeure suspendue sur les lèvres, quand on sait que les deux formations politiques cohabitent au sein du groupe parlementaire Renouveau à l’Assemblée Nationale.

 

En effet, il y’a moins d’un mois, une vague de démissionnaires du Yelema parmi lesquels figures des personnalité et non des moindres, en l’occurrence le 1er et 5e -vice-président, respectivement Abdoulaye Diarra et Adama Diakité, le secrétaire général, Samba Sidibé, le Secrétaire politique de Yelema, Amadou Aya, le secrétaire administrative et le président du CEC de Diré, a déposé armes et bagages chez Codem de Housseini Amion Guindo.

Alors qu’on croyait l’hémorragie arrêtée, le parti Yelema vient de subir un autre coup fatal. En effet, 15 membres de la coordination Yelema du cercle de Diré ont déposé leur lettre de démission de toutes les instances du parti, le 15 juillet 2019, sûrement pour suivre leur président du CEC. Et parmi les objecteurs figures le secrétaire de la section Almodjine Djitteye et trois conseillers communaux dont Amadou Cissé,  Youssouf Mamoudou Maiga et Mahamane Djadié.

Comme les démissionnaires précédents, ils reprochent au président du Yélema d’avoir tenté de dissoudre le parti au profit d’une association dénommée Mali Kura, en 2017, de désister de façon unilatérale au profit de Cheick Modibo Diarra lors de la présidentielle de 2018 et de son mépris vis-vis des responsables et militants du parti. Et, le grand bénéficiaire de ces nouvelles défections n’est autre que le parti Codem de Housseini Amion Guindo. Comme quoi, le parti Yelema est devenu la chasse gardé chassé de la Codem, qui prend ce qu’il veut et comme bon lui semble. Toute chose qui pourra mettre fin à leur rude cohabitation à l’hémicycle.

Amidou Keita

Le Témoin