Le parti Yelema a enregistré, le jeudi dernier, la démission de plusieurs de ses membres fondateurs. Ils reprochent notamment au président Moussa Mara la mauvaise gestion des ressources financières et la prise unilatérale de certaines décisions.

Un coup dur pour le parti changement de l’ancien Premier ministre Moussa MARA qui vient de perdre plusieurs de ses responsables. En effet, dans une lettre en date du 6 juin, neuf responsables et cadres de Yelema ont officialisé leur démission dudit parti.

Contrairement à certains jugements, Moussa MARA n’est pas ce dirigeant politique exemplaire, rétorquent les démissionnaires. Au fil du temps, ils ont constaté que le parti fonctionnait à contre-courant de certaines idéologies politiques que Yelema s’est assigné dès sa création. En effet, ils soutiennent que le parti respecte de moins en moins ses valeurs politiques de transparence, de vérité, de promotion de leadership jeune, etc.

« Nous avons voulu être respectueux des dispositions statutaires qui régissent notre organisation, mais hélas, nous avons compris que c’est peine perdue », affirment-ils dans leur correspondance avant de tirer la conclusion : « Après plus d’une décennie d’existence, nous avons malheureusement constaté que ces valeurs n’ont pas droit de cité ».

Aussi, avant de prendre la décision ultime, ils ont informé avoir initié plusieurs actions de redressement qui n’ont pas porté fruit. Parce qu’elles n’ont pas permis à Moussa MARA de changer de cap pour se conformer aux valeurs du parti, indiquent-ils.

Outre le non-respect des valeurs par le président Mara, ils lui reprochent une gestion personnelle de la formation politique. En clair, ils motivent leur décision par la tentative de dissolution du parti au profit de l’association politique Sira KURA en juillet 2017, la déclaration unilatérale de la candidature à l’élection présidentielle de 2018 en contradiction avec les textes du parti.

En même temps, Mara a violé les textes en prenant la décision unilatérale de désistement sa candidature lors de la présidentielle de 2018 au profit de Cheick Modibo Diarra.

Pourtant, dirigé par un expert en comptabilité, le parti Yelema souffre de l’opacité de la gestion des différentes ressources allouées au parti. Enfin, ils reprochent au président Moussa Mara d’avoir du mépris pour des responsables et militants du parti.

« Ces différentes raisons font que nous ne sommes plus en mesure de poursuivre notre engagement au sein de Yelema, visiblement dans le seul but de vous servir », ont expliqué les démissionnaires dans leur correspondance.

Après leur démission, ces transfuges de Yelema sont attendus à la CODEM. Confirmant l’information, le président de la CODEM jointe par nos soins ajoute : « Ils entendent maintenir leur soutien au leadership jeune. C’est pourquoi, ils nous annoncé leur choix ».

La dizaine de cadres démissionnaires est composée du 1er vice-président (Abdoulaye Diarra), le 5ème vice-président (Adama Diakité), le secrétaire général adjoint (Samba Sidibé), le secrétaire politique (Amadou Aya), le secrétaire administratif Abou Sanogo) ainsi que plusieurs autres responsables qui ont donné par voie d’huissier à Moussa Mara, ce vendredi 7 juin 2019, leur démission de yéléma.

Par Sikou BAH

Source: info-matin