Malijet.co

Transhumance politique : Plus d’une quinzaine de cadre démissionnaire de Yelema rejoigne la Codem

Le Grand Hôtel de Bamako a abrité, le samedi 15 juin 2019, une cérémonie d’adhésion à la Convergence Pour le Développement du Mali (Codem). Au total, 17 cadres politiques ont démissionné du parti Yelema (Changement) pour rejoindre le Parti Codem. « C’est avec un grand plaisir et une immense joie d’être parmi vous ce samedi 15 juin 2019 pour célébrer notre adhésion à la CODEM. Nous avons fait le choix de la CODEM parce que nous sommes convaincus de la pertinence de l’offre politique de son projet de société », a déclaré le porte parole des adhérents, Abdoulaye Diarra. Pour sa part, le président de la Codem, Housseyni Amion Guindo a souhaité la bienvenue aux nouveaux adhérents. « C’est une relation de confiance qu’il faut renforcer. Nous n’avons pas le droit d’échouer cette intégration. Nous sommes une famille et nous le resterons », a dit le président de la Codem.

 

Après les mots de bienvenue du secrétaire général du parti Codem de la Commune III du district de Bamako, Kader Sidibé, l’ancien secrétaire politique du Yelema, Amadou Aya, désormais membre de la Codem a procédé à la présentation des nouveaux adhérents. Il s’agit de Abdoulaye Diarra, Adama Diakité, Samba Sidibé, Amadou Aya, Abou Sanogo, Mama Diarra, Aly Ongoïba, Moulaye Ongoïba, Boubacar Dicko, Ousmane Cissé, Simana Paul Koné, Haba Diarra dit Baba, Joseph Ongoïba, Fanéké Dabo, Souraka Doumbia, Awa Yaro et Assé Mahalmadane Traoré.

Selon l’orateur, tous ces démissionnaires étaient des cadres du parti Yelema. « C’est avec un grand plaisir et une immense joie d’être parmi vous ce samedi 15 juin 2019 pour célébrer notre adhésion à la Convergence Pour le Développement du Mali (CODEM).  Nous avons fait le choix de la CODEM parce que nous sommes convaincus de la pertinence de l’offre politique de son projet de société. Nous suivons la CODEM depuis ces premières heures, toute chose qui explique notre souci de partager ses valeurs fondatrices, à savoir l’attachement indéfectible à la République, à la démocratie, à l’état de droit, à la justice sociale, à l’égalité entre les fils du pays et à la solidarité. Aussi, est-il nécessaire de rappeler que nous avons fait ce choix surtout parce nous croyons à la CODEM, à son organisation, à sa structuration, à la clairvoyance de ses responsables et à la discipline qui y règne », a déclaré le porte-parole des adhérents, Abdoulaye Diarra, ancien 1er vice-président du parti Yelema.

En outre, il dira que le choix de la Codem s’explique par la similitude des visions et des convictions. Il est arrivé, a-t-il ajouté, pour certains d’entre nous, de travailler en étroite collaboration dans le cadre de divers regroupements politiques comme les Partis Unis pour la République (PUR) et la Convergence pour Sauver le Mali (CSM), les Bâtisseurs. Selon lui, le Président de la Codem, Ousseynou Amion GUINDO dit Poulo, est un leader jeune, brillant, vigilant, exigeant, rassembleur et rassurant.

« Nous sommes honorés de rejoindre les rangs de la CODEM et tenons à réaffirmer, à cette occasion, notre engagement ferme à apporter tout notre savoir-faire pour assurer à notre parti, la CODEM, une ascension à hauteur de souhait lors des futures échéances électorales : les législatives, les régionales, de cercles, les communales et enfin la présidentielle de 2023 », a-t-il dit. Quant au président de la Codem, Housseyni A Guindo, il a souhaité la bienvenue aux adhérents. Avant d’ajouter que cette retrouvaille donnera un nouveau souffle à la Codem. A ses dires, il n’ ya  pas eu de démarche pour débaucher qui que ce soit.

Pour lui, c’est par conviction que le choix de la Codem a été fait et cela est rassurant. « C’est une relation de confiance qu’il faut renforcer. Nous n’avons pas le droit d’échouer cette intégration. Nous sommes une famille et nous le resterons », a dit le président de la Codem. Au cours de cette cérémonie, les nouveaux adhérents ont tous reçus leur écharpe Codem de la main du président de la Codem. Par ailleurs, durant la cérémonie, une minute de silence a été observée en la mémoire des victimes de la tuerie de Sobame Da le 10 juin 2019 dans la région de Mopti.

Aguibou Sogodogo

 

Source: Le Républicain

Vous allez aimer lire ces articles

Michel Hamala Sidibé ministre de la santé lors de sa visite dans la première région KAYES : « Mettre le malade au cœur des priorités »

Amadou Ouattara : Biographie d’un Homme politique exceptionnel

EN UN MOT: L’opposition contre l’opposition

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct