Transition version Goïta : Les outsiders ont déjà célébré leur messe de requiem politique

On a beau clamer le caractère inclusif du gouvernement que le PM Choguel Maïga s’apprête à constituer d’ici le dimanche 13 juin 2021 mais toujours est-il qu’il y aura des outsiders qui seront laissés sur les carreaux. Ceux-ci n’ont pas voulu attendre leur triste sort avant de donner de la voix. Pour se faire entendre, ils ont décidé de jeter leur dévolu de plaignants désespérés sur une prétendue ‘’ consultation de toutes les forces vives du pays’’ ; un vœu que ceux-là qu’on peut d’ores et déjà appeler par des recalés du nouveau départ, expriment de toutes leurs forces.

Mardi 8 juin à la Pyramide du souvenir. Ils étaient des partis politiques, des regroupements politiques et des organisations de la société civile à se réunir pour exhorter les autorités de la transition à la « tenue dans les plus brefs délais d’une consultation de toutes les forces vives du pays » L’objectif de cette consultation, disent-ils, est d’actualiser la feuille de route de la transition en vue de la mettre en adéquation avec le temps restant.

Plusieurs responsables politiques ont pris part à cette rencontre dont Tiémoko Sangaré, Moustaphe Dicko, Adama T. Diarra de l’Adema PASJ, Tiébilé Dramé, Me Amidou Diabaté, Djiguiba Keïta dit PPR, Baïdy Maguiraga, Sidi El Moctar Kounta, Sidi Touré, Lassana Sylla du PARENA, Amadou Koïta, Cheick Oumar Coulibaly du Parti PS Yelen Kura, Professeur Etienne Fakaba Sissoko, ancien conseiller à la Présidence de la République. Il s’agit là d’une ossature qui en dit long sur les véritables intentions les animant. Sentant leur descente aux enfers dans le paysage politique de notre pays, ces figures aux parcours ponctués de fortunes diverses, ont célébré ainsi leur propre messe de requiem politique.

Avancer une idée aussi chimérique que celle d’un ajustement de la feuille de route de la transition, par ces temps où les tenants du pouvoir sont dans une course contre la montre, relève indirectement plus d’un aveu d’impuissance que d’une contribution à la refondation de l’Etat. C’est donc en victimes expiatoires que ces figures politiques qui n’ont plus que d’yeux pour pleurnicher leur lamentable triste sort de laissés pour compte, ont entrepris ce chantier par lequel ils se croyaient pouvoir s’accorder un certain crédit. Peine perdue, ni le peuple, ni les nouvelles autorités ne sont aussi dupes pour mordre à cet hameçon car la formation d’un gouvernement aussi inclusif soit-il, n’est pas synonyme de réhabilitation des défunts politiques, encore moins du retour aux affaires des fossoyeurs de la nation.

André SEGBEDJI

Source: ABAMAKO

Vous allez aimer lire ces articles

Nouveau Gouvernement : La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres : « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Professeur Issiaka .A. Sinkaré, nouveau Directeur de cabinet de la Primature : Un esprit éclairé à la cité administrative

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct