Malijet.co

Voeux du président de la République à la presse : le discours d’IBK a été gâché par quelques propos

IBK traite ceux qui demandent le départ des forces étrangères d’ennemis du Mali et critique la Presse pour le niveau du français dans lequel les articles sont rendus.


Il a rendu certains hommage à la presse notamment sa contribution à la réussite du Dialogue national inclusif et autres.

Pour ce qui concerne, le Niveau d’étude des journalistes, ce n’est pas la première fois, que le premier citoyen du Mali charge la presse pour son niveau qu’il juge bas. bamada.net/ibk-lors-de-la-presentation-des-voeux-2019-si-vous-nous-menagez-vous-faites-du-tort-au-pays Ce qui n’est pas faux comme tous les secteurs du pays. La presse n’est autre que le fruit de la société et de son système éducatif.

Lire Aussi: accompagnement-de-mali-ibk-au-president-de-la-republique-les-grands-axes-degages
Il faut le reconnaître, depuis mars 1991, le niveau de l’école malienne ne cesse de dégringoler. Mais à qui la faute ?
Est-ce la faute des élèves ou de leurs parents ou la faute au décideurs dont IBK en premier ?
C’est sans appel, les différents Presidents et Premiers Ministres qui se sont succédés dont IBK , ont tous lamentablement échoué à mettre l’école malienne sur les rails.

Lire Aussi: koulouba-traditionnels-voeux-au-president-ibk

Alors en quoi les étudiants actuels sont coupables de leur faiblesse de niveau d’étude ?
Si la question du niveau de la presse préoccupe tant le chef de l’état, il aurait pu commencer par la création de centre et de mécanisme pour la formation académique continue des journalistes, a défaut, octroyer des bourses d’études aux journalistes pour qu’ils se perfectionnent. Malheureusement, depuis 1995 où IBK était Premier ministre de Alpha Oumar Konare et de 2013 à nous jours, le Président n’a initiée aucune grande école de formation et de perfectionnement des journalistes. Mais il se plaît toujours à critiquer notre niveau de formation. arene-politique-la-trahison-et-le-mepris-dibk-envers-le-rpm-et-ses-militants Ça devient de l’attaque et ça ne grandit pas un chef de l’état surtout quand il s’attaque ainsi à la presse.

Lire Aussi: medias-pro-et-anti-ibk-choix-delibere-ou-inconscient

Je rappelle que si la presse est le fruit de l’école nationale, les écoles publiques maliennes restent encore fermées sous IBK à ce jour et qu’en 2019, ce fût un honteux scénario pour sauver, j’allais dire noircir, une année déjà blanche.
Monsieur le Président de la République, si le niveau d’étude des élèves, étudiants, journalistes d’aujourd’hui et de demain, vous préoccupe tant, commencez par rétablir une année scolaire complète, innover le système éducatif, mettre les enseignants dans les conditions, construire de nouvelles infrastructures scolaires et recruter suffisamment de ressources humaines.

Lire Aussi: presentation-de-voeux-du-nouvel-an-de-la-presse-au-president-de-la-republique-vous-etes-notre-president-a-tous-mais-les-journalistes-sont-traites-en-pro-ou-anti-ibk

Voilà, le prix aussi simple à payer pour que vous puissiez lire des articles dignes de votre rang de sorbonnien.

 

 

Source : Seydou Oumar Traoré

Vous allez aimer lire ces articles

Ingratitude !

Élections législatives : 545 listes validées par la Cour constitutionnelle

Coopération entre médias publics saoudiens et maliens : Le ministre Yaya Sangaré à Ryad pour explorer les opportunités

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct