Malijet.co

Younous Hameye Dicko : « IBK est une chance pour le pays »

Les militants du Rassemblement pour le développement et la solidarité (RDS) ont renouvelé leur confiance au président sortant Younouss Hameye Dicko à l’issue du 3è congrès ordinaire tenu les 11 et 12 mars. Dans un entretien accordé en exclusivité à Journal du Mali, l’ancien ministre donne son avis sur la gestion du pays sous le président IBK et la relation de son parti avec ceux de la majorité présidentielle.

younouss hamèye dicko president parti rds politicien

Vous venez d’être réélu à la tête du RDS. Quelles seront vos priorités pour ce nouveau mandat ?

Les premières priorités de ce bureau seront de faire renaitre le Rassemblement pour le développement et la solidarité (RDS), après toutes ces années difficiles qui ont vu notre base se disperser en partie, particulièrement dans le nord où elle était solide. Quand on n’a pas beaucoup d’argent, il faut du temps et du talent pour récupérer sa base. Il s’agit pour nous de se battre, de lutter sans relâche pour le retour de la sécurité dans notre pays. Nous ne pouvons plus voir notre pays se décomposer, l’insécurité grandir alors que nous avons des hommes et des femmes pour l’empêcher.

Comment le RDS se sent aujourd’hui au sein de la majorité présidentielle ?

Notre parti n’a pas de problème avec les autres partis au sein de la majorité présidentielle parce que nous avons une personnalité bien définie et que nous nous battons pour la patrie. Des questions de personnes ou de places ne sont pas les problèmes du RDS. C’est la gouvernance qui nous préoccupe, c’est aussi la sécurité et l’intégrité de ce pays. Nous pensons que cette bataille doit se faire autour de quelque chose et de quelqu’un. Ce quelqu’un est le chef de l’État autour duquel nous devons nous battre. Sans exagérer, nous nous pensons qu’Ibrahim Boubacar Keïta est une chance pour ce pays.

Sa gestion du pays est pourtant très critiquée par certains.

C’est un problème intéressant : tout le monde pense ou les rumeurs qu’on entend, disent que le pays est mal géré. Mais en réalité, il ne l’est pas. Le pays n’est pas mal géré parce qu’il n’était pas du tout géré avant. Quand Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé au pouvoir, la situation était trop grave. Le pays était à genoux, on décidait pour le Mali, on nous bloquait au niveau de la CEDEAO comme on voulait. Aujourd’hui tout cela n’est plus possible. Le pays peut être bloqué mais plus de la façon que nous avons connue en 2012 et 2013. C’est un homme qui est venu dans un véritable chaos, pour essayer de mettre de l’ordre. Ceux qui croient que le moment est venu de faire tomber le gouvernement sont trop pressés.

 

Source: journaldumali

Vous allez aimer lire ces articles

Gouvernement AIM : Me Tapo récompensé pour l’affaire Tomi

Nomination au gouvernement AIM : Quand Ebola fait le bonheur du Professeur Samba SOW

Après les dernières élections communales : Soumeylou Boubèye Maïga visite sa base à Markala

ORTM en direct Africable en direct