L’heure de la vigilance a sonné pour notre pays. Chaque citoyen doit raison garder, faire attention au choix à opérer pour l’avenir de notre cher Mali. Aujourd’hui, toutes les conditions semblent réunies pour éviter les erreurs du passé, une élection ouverte en absence de toute intervention partielle d’un président sortant.

 

Pour être en harmonie avec notre conscience, opérons le bon choix, condition sine qua non du changement dont le peuple tout entier a besoin. Les candidats à la prochaine élection présidentielle commencent à se faire connaître. Parmi eux, certains ont de sérieuses ambitions pour le Mali, ils sont animés par le désir de faire de leur pays un véritable exemple de démocratie.

Comme le ridicule ne tue pas, d’autres affichent leur volonté de briguer la magistrature suprême du pays sans en avoir les compétences requises. Heureusement, notre peuple n’est pas dupe. Il fera le bon choix en barrant la route aux opportunistes et aux prédateurs qui entendent se servir du Mali au lieu de le servir.

Le soutien de l’ADP en 2007 en faveur de la candidature d’ATT était plus motivé par les intérêts égoïstes que par l’amour du pays. Le Mali aujourd’hui tire les conséquences de cette gestion combien catastrophique. Les blessures sont profondes : le pays est divisé, les femmes sont violées, le patrimoine est en péril, le sentiment de méfiance est vif entre fils d’un même pays, le désordre s’est installé.

Chers compatriotes, il est temps de redonner aux Maliens leur confiance d’antan. Aujourd’hui, plus que jamais, l’heure est à l’union des cœurs et des esprits. Il faut tourner le dos à tous les calculs politiciens pour aller au changement dont le succès repose sur les épaules de la vaillante jeunesse malienne que nous interpellons fortement dans cette digne aventure.

Débarrassons-nous de toute idée de haine et soutenons la candidature d’un homme dont l’amour pour le pays n’est plus à démontrer. Lui seul est à même de redonner au Mali sa grandeur, sa dignité. Oui ! C’est lui qui, en 2006 a dénoncé avec énergie les fameux Accords d’Alger ; accords qui sont en partie la source de nos malheurs.

En 2007, IBK a donné la preuve de sa maturité en rappelant à la classe politique malienne que la vocation première d’un parti politique est la conquête du pouvoir. Il l’a démontré et de la façon la plus éloquente en se présentant seul contre ATT, seul contre tous dans le camp duquel s’étaient retrouvés les autres partis dans l’espoir de partager le gâteau de la trahison au moment opportun. C’est cette alliance contre nature avec ATT, cette gestion obscure du pouvoir qui a plongé notre pays dans la crise que nous vivons.

C’est encore lui qui a été un des premiers démocrates à condamner avec véhémence, le coup d’Etat de mars 2012. Chers compatriotes, l’homme qu’il faut pour faire du Mali un pays émergent, un pays envié de tous c’est bien l’honorable Ibrahim Boubacar Kéita. La balle est donc dans votre camp. Saisissez cette opportunité pour manifester votre amour pour votre patrie !

Paul Ismaël Nana Boro 

 

SourceL’Indicateur du Renouveau