Après 20 ans de vécu démocratique au Mali, les Oumar Mariko et consort ont tout essayé pour occuper le haut du pavé, la plus haute marche sans succès, même l’alliance avec les terroristes ne leur a pas souri, alors ils tirent su tout ce qui bouge surtout quand il brille, les médiocres n’ont jamais apprécié l’excellence…

manifestation mali manifestants

Les manifestants

Alors qu’a sonné l’heure de vérité en vue de la paix et de la réconciliation, qui étaient les mystérieux interlocuteurs des terroristes à Bamako quand ils ont pris Konnan et avançaient sur Sévaré ? Cette question mérite ou même exige une réponse claire ici et maintenant, car elle porte en elle les germes d’une tentative cynique et criminelle d’anéantissement total, d’assassinat pur et simple de l’Etat du Mali transformé alors en sanctuaire terroriste au cœur de l’Afrique de l’Ouest.

En effet, selon le journal français « Le Nouvel Observateur » du 10  février 2013, sous la plume de ses journalistes Vincent Jobert et Sarah Halifa Legrand :

« Le dimanche 6 janvier 2013 l’offensive des djihadistes vers le sud est imminente ; … par les écoutes nous savions qu’ils voulaient prendre Sévaré, une ville très importante notamment à cause de son aéroport,… en fait nous ne pensions pas qu’ils voulaient prendre eux-mêmes le pouvoir sur l’ensemble du pays, mais plutôt par procuration, selon les officiels français ». « Les 8, 9 et 10 janvier 2013 en effet, les services de renseignement relèvent un fait troublant. Les groupes terroristes et particulièrement Ançardine sont en contact permanent avec les leaders des manifestants qui, à Bamako, exigent depuis quelques jours le départ du Président Traoré. Les djihadistes et les manifestants s’étaient mis d’accord pour mener une action conjointe ; les premiers prenaient Sévaré tandis que les seconds dénonçaient l’incapacité du pouvoir en place à empêcher la chute d’une ville si importante – résultat le Président par intérim Dioncounda Traoré chutait dans les 48 h et un nouveau pouvoir s’installait à Bamako. De mèche avec les terroristes, les putschistes n’auraient pas autorisé le déploiement de la MISMA ou encore une intervention française et le Mali devenait de fait un sanctuaire pour les djihadistes ». F

La lecture de cet article donne toujours froid dans le dos à chaque fois car ce qui y est décrit est hallucinant et terrifiant de cynisme, d’opportunisme et d’irresponsabilité ! Comment peut-on sacrifier son pays, le Mali, ce si grand pays, les 15 millions de Maliens, ses pères, mères, frères et sœurs sur l’autel de l’ambition démesurée et la soif du pouvoir pour le pouvoir ? A ce jour, cet article qui a été largement lu et commenté ici au Mali, n’a suscité aucun démenti, de la part des individus mis en cause, qui sont tous là, actifs et très loquaces sur d’autres sujets moins importants par rapport à ce qui leur est reproché !

Les coïncidences sont troublantes sinon accablantes : souvenons-nous d’abord des deux mystérieux voyages de Oumar Mariko à Niafunké, à la rencontre du chef d’Ançardine Iyad Ag Ghali, l’un des bourreaux d’Aguel’hoc, qu’il aurait aidé ensuite à s’emparer du camp de Tessalit en faisant évacuer nos soldats par téléphone contre leur vie sauve, parait-il ! Ces rencontres de Niafunké, personne n’en a à ce jour reçu un compte rendu ; ensuite le vendredi 4 janvier 2013 une réunion aurait eu lieu sur les hauteurs de Bamako où tout fut décidé. Le dimanche 6 janvier les terroristes sont rassemblés, leur offensive est imminente. Le mardi 8 janvier 2013 est signée à Bamako la plateforme des conspirateurs, sous le prétexte des concertations nationales. Le mercredi 9 janvier a lieu leur sit-in place de l’Indépendance à Bamako qu’il s’agissait de paralyser le plus possible.

Le jeudi 10 janvier 2013 l’apothéose devait être atteint lors de la grande marche des conspirateurs qui devait rendre Bamako invivable et ingouvernable, des hommes en civil en armes ont harcelé et perturbé les honnêtes citoyens toute la matinée. Les ponts sont coupés, il faut déstabiliser le régime !

Conjointement, ce jeudi 10 janvier 2013, les terroristes prennent Konnan et avancent sur Sévaré dans l’après midi !

Toujours le jeudi 10 janvier 2013, la résidence du Président de la République par Intérim est encerclée et envahie par des hommes en armes prêts à entrer en action !

Mais ce même jeudi 10 janvier 2013, en fin de journée, le miracle se produisit pour sauver ce pays béni de l’incroyable et sordide conspiration des apatrides assoiffés de pouvoir du Nord et du Sud. François Hollande décide d’intervenir ce jour pour stopper et repousser les terroristes au-delà de Konna, et au même moment à Bamako la résidence du Président par Intérim est évacuée par ses envahisseurs en armes, et le miracle atteint son achèvement. Le Mali l’a échappé belle. L’opération Serval est déclenchée, les terroristes sont en déroute, se dispersent et se terrent comme leurs acolytes à Bamako.

Les services français détiennent les enregistrements des conversations entre les terroristes et leurs complices à Bamako, faut-il passer ce crime sous silence ? Il n’en est nullement question. Qu’ils s’expliquent enfin !

Grands pourfendeurs de tout ce qui respire et bouge, grands donneurs de leçons devant l’éternel, les Oumar Mariko et compagnie ont été pris la main dans le sac par les écoutes françaises, eux qui ne voient midi qu’à leur porte, eux pour qui tous les hommes politiques, surtout les plus accomplis, sont des voleurs, des corrompus, eux qui inventent et instillent à longueur de journée mensonges éhontés sans preuves sur le dos de leurs compatriotes qu’ils n’ont jamais pu égaler dans l’excellence et qu’ils n’égaleront jamais. Eux qui à longueur de journée sur les ondes de leurs radios mille collines déversent des torrents d’insanité, de mensonges, de vulgarités sur des personnalités qu’ils craignent en réalité, car connus et reconnus de tous, les accusant tantôt d’importer des tonnes d’armements tantôt des mercenaires, tantôt la guerre civile, sans l’ombre d’une preuve ! Qu’ils apportent leurs preuves, nous les en conjurons ! Qu’ils s’expliquent par la même occasion sur leurs fréquentations !

Ces coups foireront toujours, car nul ne peut par ces méthodes forger son propre destin à fortiori celui des autres. Au Mali chacun suit les traces de son père. Après 20 ans de vécu démocratque au Mali, les Oumar Mariko et consort ont tout essayé pour occuper le haut du pavé, la plus haute marche sans succès, même l’alliance avec les terroristes ne leur a pas souri, alors ils tirent su tout ce qui bouge surtout quand il brille, les médiocres n’ont jamais apprécié l’excellence, c’est connu, les cadres et députés du parti SADI l’ont si bien compris qu’ils ont quitté ce navire d’aigris, d’égocentriques et de mesquins qui les ont trompés si longtemps  pour continuer leur chemin dans des partis dignes de ce nom, où les mots honneur, dignité, patriotisme ont un sens. Le sage Amadou Hampaté Bâ a écrit :

« Ce qu’il faudrait, c’est de toujours concéder à son prochain qu’il a une parcelle de vérité et non pas de dire que toute la vérité est à moi, à mon pays, à ma race, à ma religion ».

Pour ces individus narcissiques, toute la vérité leur appartient, la réussite ou l’accomplissement des autres leur est insupportable.

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de fricoter avec Iyad Ag Ghali d’Ançardine, s’accommoder du fait que sa fortune vient du trafic de drogue, d’otages et d’armes dans le désert malien!

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de monter un coup d’Etat au moment où ses amis d’Ançardine et autres agressent notre pays le 10 janvier 2013 !

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de démissionner de l’Assemblée Nationale mais d’en garder les avantages !

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de dire « tous pourris, sauf moi ».

La vérité totale de Oumar Mariko c’est le procès et le lynchage au propre et au figuré de tout homme politique qui lui fait de l’ombre ou devant lequel il éprouve un complexe d’infériorité ! Malheureusement pour lui le Mali en regorge et s’il n’y prend garde il risque de subir la mésaventure de l’hirondelle qui rêva d’avoir pondu un œuf d’autruche !

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de se rendre à Conakry pour faire allégeance à Moussa Dadis Camara le bourreau du Stade du 28 Septembre et tenter d’organiser à Bamako une manifestation à son profit.

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de se faire le griot de Laurent Gbagbo le bourreau d’Abidjan dont il hérite de l’avocat !

La vérité totale de Oumar Mariko c’est d’essayer en vain de justifier sur RFI lors d’un débat, l’injustifiable dessein terroriste et criminel du MNLA séparatiste, tout le monde s’en souvient !

La vérité totale de Oumar Mariko c’est de participer avec son parti SADI aux déférents gouvernements de Att et de cracher ensuite dans la soupe !

En attendant qu’il nous livre ici et maintenant sa part de vérité sur la narration des événements des 8, 9 et 10 janvier 2013 faite par les journalistes du « Nouvel Observateur » français.

En tout état de cause, les historiens et les griots ne manqueront pas de situer à sa juste place ce complot des 6, 8, 9 et 10 janvier 2013 ourdi contre ce glorieux pays le Mali béni et son peuple par des aventuriers sans foi ni loi.

DUGUFANA