A la faveur de la rencontre entre le bureau politique national du parti de la poignée de mains et la section URD de la commune II à la Maison de la presse dimanche dernier , le chef de file de l’opposition et non moins président du parti l’honorable Soumaila Cissé est revenu sur les raisons qui l’on conduit à prendre les commandes de l’opposition. L’autre actualité brûlante qui a été évoquée, la situation générale du pays qui aux yeux de Soumi Champion est critique.

soumaila cisse depute urd assemblee nationale opposition

A vouloir prêter le flanc à ce qui se dit, selon l’honorable Soumaila Cissé  on a comme l’impression que le statut tant attendu qui a été finalement accordé à l’opposition est une manière pour le pouvoir  de mettre cette dernière  sous sa coupe.  C’est tout a fait le contraire, selon le géant de Niafunké.  Pour lui, il offre plus de garantie juridique seulement à ceux là, qui sont chargés de veiller sur la bonne gestion du pays. Dans sa démarche explicative, Soumaïla Cissé tout en rendant hommage aux soldats de la plume, qui a-t-il dit font un travail remarquable  pour informer les populations sur les dérives du pouvoir, il a affirmé que les 200 millions  que l’Etat leur octroie n’a pas  eu un impact sur leur devoir sacré d’informer.

Avant d’ajouter, que bien avant ce statut de l’opposition, les partis politiques bénéficiaient du soutien financier  du pouvoir selon leur taille.  Soumaila Cissé n’a pas manqué de souligner les critères  pour être le premier responsable de l’opposition : «  le choix est simple »  a t- il  fait savoir, il suffit  d’avoir le plus grand nombre de députés… Et lui de faire comprendre que le même statut existe pour l’opposition dans d’autres pays de la sous-région, notamment au Burkina Faso avec Zephrin Diabré, du Niger avec Seyni Oumarou…

Après ces éclairages, l’honorable Cissé  a exigé de son Etat –Major politique plus d’engagement  pour  que le parti de la poignée de main  aussi se retrouve au pouvoir sinon à quoi bon s’éterniser dans  l’opposition si on  ne va pas à la conquête du pouvoir suprême. Certes  a reconnu le député  le rang de 2eme force politique est louable mais l’on doit se mettre au travail.

Au cours du discours tenu en langue bambara Soumi Champion à justifier le désastre de Kidal, avant de revenir sur les pourparlers d’Alger  qui  à l’en croire ont été mal engagés : «  nous avons cherché à approcher le pouvoir pour  qu’on parle d’une seule voix  à Alger mais il a joué au sourd »,  a-t-il fait comprendre.

Comme on pouvait s’y attendre, il a profité de cette revue des troupes pour charger encore une fois le pouvoir qui a commis l’irréparable en confiant le poste de premier ministre  au jeune Mara qui ne dispose que d’un  élu au palais de Bagadadji  , un recul à la démocratie a-t-il dit.  Pire, rien que par rapport à l’achat  de l’avion présidentiel   il ya eu trois montants différents pour qu’on se retrouve à 21 milliards. Ces 21 milliards selon le chef de file de l’opposition pouvaient servir à  l’achat de gilets par balles et de munitions pour la police  ce qui aurait permis de limiter les dégâts lors de l’attentat de la ‘’Terrasse’’. Là où le bas blesse selon l’honorable Cissé , c’est au niveau de l’attitude du pouvoir. «  Quand nos soldats tombent au front on a comme l’impression qu’ils sont morts pour rien, aucune prise d’arme pour honorer leur mémoire. Aucune mesure  d’accompagnement pour soutenir leurs familles » déplore le président de l’URD.  Avant d’aborder l’épineuse question de la cherté de la vie, à en croire Soumaila Cissé le panier de la ménagère est vide  en raison du coup élevé des denrées et la rareté de l’argent. L’occasion a été opportune pour l’honorable Soumaila Cissé, étant en Commune II (section de l’ancien Pdt de l’AN) de rendre un vibrant hommage à son prédécesseur à la tête du parti, Younoussi Touré, pour ses efforts au profit du parti.

 

Badou S. Koba             

Source: Tjikan