Assurance maladie obligatoire : LA BATAILLE DE LA COMMUNICATION

L’Assurance maladie obligatoire a déjà fait son chemin dans le paysage de la protection sociale au Mali. Pour consolider ses acquis, la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam) a entrepris une série d’activités d’information, d’éducation et de communication. Elle a ainsi organisé avec le Cadre de concertation des directeurs de publication (Ccdp) une journée d’échanges sur  le remboursement des prestataires des soins de l’assurance maladie obligatoire (Amo).

assurance maladie obligatoire amo siege

Cette journée s’est déroulée samedi dernier à Koutiala dans la salle de conférence de la délégation régionale de Kafo Jiginew. La cérémonie d’ouverture était  présidée par le sous-préfet de Koutiala, Amadou Kida. Celui-ci s’est félicité que la capitale du coton ait été choisie pour accueillir cet événement et a demandé aux participants de suivre avec intérêt cette journée d’échanges.

Le chef du service de la communication et des relations publiques de la Canam, Alou Mady Diallo, a souligné l’intérêt d’un partenariat entre la Caisse et la presse. « Ce cadre d’échanges permet de mieux édifier les assurés et la population sur l’intérêt  et les avantages de l’Amo. Nous avons signé une série de conventions avec les associations de presse afin de vulgariser,  sensibiliser et informer la population et les abonnés sur les avantages de l’assurance maladie obligatoire. A travers cette journée, les centres, les pharmacies et les abonnés vont comprendre le mécanisme de remboursement des soins mais aussi les difficultés auxquelles notre structure est confrontée », a-t-il développé.

Des communications ont été faites par les experts N’Tji Diarra et Abdou Mallé.  Elles étaient axées sur les acquis et les difficultés de remboursement des prestataires de soins et la gestion des organismes de gestion déléguée. Les experts ont expliqué les raisons du retard constaté dans les paiements aux structures sanitaires. Ce retard serait imputable au mauvais traitement et aux erreurs dans l’enregistrement. Malgré les difficultés, l’Amo progresse  tant sur le plan de la couverture territoriale qu’en ce qui concerne le nombre d’abonnés.

Plusieurs points ont été abordés durant l’atelier comme les cas des travailleurs saisonniers, des travailleurs non salariés, la ré-prescription d’une ordonnance délivrée par un autre  médecin sur la fiche Amo. Selon les experts, tous les hôpitaux sont inscrits et codifiés à l’Amo et plus de 70 cliniques et cabinets sont actuellement en audit pour inscription sur la liste des prestataires de service de l’assurance.

Plusieurs assurés ont témoigné des avantages de l’assurance maladie obligatoire. C’est le cas de Mme Mariko Kadidia Sangaré : « Je suis agent des Eaux et Forêts à la retraite. Je peux dire que l’Amo est une chance pour les pauvres. Là, où je payais 50.000 Fcfa pour mes frais médicaux,  avec l’assurance maladie obligatoire, je ne débourse que 10.000 Fcfa. Et ce qu’on  prélève sur ma pension est si négligeable que je ne le sens même pas. Je lance un appel à tous ceux qui n’ont pas encore adhéré de se faire inscrire ».

Un autre retraité, Moussa Sidibé, a expliqué ses difficultés avant de bénéficier de l’Amo. « Mais aujourd’hui, toute ma famille et moi-même bénéficions de l’assurance. Dans le temps, on avait peur de se rendre à l’hôpital  à cause du coût des ordonnances. Tout ça c’est fini aujourd’hui », a confié l’aîné

Un pharmacien, le Dr Rémi Rama, a tenu aussi à témoigner. « Aujourd’hui notre pays est  cité en exemple dans la sous-région en matière d’assurance maladie. C’est vrai qu’il y a des difficultés. Dans la convention, la Canam doit nous rembourser 15 jours après la prestation mais nous sommes à 6 mois d’impayés. Cela peut entrainer un disfonctionnement au niveau de nos pharmacies », a indiqué le pharmacien. Les experts se sont efforcés de le rassurer à ce propos.

Les participants ont été unanimes pour reconnaître que cette journée a été très utile pour avoir permis de mieux connaître les avantages de l’assurance maladie obligatoire, une aubaine dans un pays où les revenus sont très faibles.

Après la clôture de la journée, les participants ont visité la seule pharmacie inscrite à l’Amo dans le cercle de Koutiala.

A. SOW 

Source : L’ Essor

Vous allez aimer lire ces articles

Koutiala : sensibilisation de lutte contre la rougeole et la cataracte

Lutte contre la cataracte et la rougeole : des campagnes de sensibilisation en cours à Koutiala

19e session du conseil d’administration de l’ANAM : L’immatriculation de 3 000 000 personnes et la prise en charge de 100 000 nouveaux bénéficiaires dans les perspectives

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct