Malijet.co

Campagnes électorales : Tant pis pour le Coronavirus !

« Mieux vaut prévenir que guérir ». Cet adage a traversé la nuit des temps sans perdre en aucun moment toute son évidence. Il a été diversement repris dans différentes langues. Mais toujours sa quintessence reste. Oui, tant que nous avons la possibilité de nous protéger contre une situation, il est nécessaire d’agir en amont pour éviter de se retrouver dans un long et dur combat, souvent sans issue favorable. Seulement aujourd’hui, on semble de plus en plus abuser de cette vérité des âges. Elle est de plus en plus utilisée à des fins idéologiques. À cette ère de campagnes pour les législatives au Mali, c’est le choix entre une politique du tube digestif et la prévention du Coronavirus !

Depuis le dimanche 8 mars 2020, les campagnes pour les élections législatives battent le plein au Mali. Les candidats sont débordés par des mouvements, à la rencontre de leurs militants.

Pourtant, la menace du Coronavirus pèse lourd. Or, le contact humain favoriserait l’expansion de ce virus. Malgré tout, ni le gouvernement ni les candidats à ces législatives n’a annulé la tenue de ces législatives pour éviter ces grappes humaines et prévenir le COVID-19. Aucun candidat, jusqu’à preuve du contraire, n’a effleuré cette menace du Coronavirus en rapport avec ces campagnes. Ils rencontrent les militants, ils se serrent les coudes, font des accolades.

Le courage pour vaincre la peur semble être au rendez-vous. Mais s’agit-il réellement d’une question de courage ? Ces agissements sont plutôt une défense acharnée d’intérêts privés. Tant pis pour le Coronavirus, l’essentiel est de réussir à franchir le Rubicon en accédant au siège de député à l’hémicycle.

En effet, il s’agit bien d’une question de tube digestif. Sinon, nous savons que la ministre de la Promotion de la femme, de la famille et de l’enfant a annulé la grande cérémonie du 8 mars à Bamako en raison de cette menace du Coronavirus.

En France, en Algérie, en Italie, et bien d’autres pays, pour prévenir le Coronavirus, les grands rassemblements sont soient annulés soit tenus en huis clos. Dans certains de ces pays, même des écoles sont fermées pour les mêmes soucis sanitaires des citoyens. Les autorités maliennes seraient-elles plus courageuses que celles de tous ces pays ? Non, elles sont plutôt hypocrites que celles-ci.

Au Mali, il est temps d’arrêter de jouer aux termites. On ne peut pas annuler une cérémonie pour raison sanitaire et laisser d’autres rencontres de plus grande envergure se tenir. Parce que tout simplement il y a une question de profit personnel.

Certes, il ne faut pas se laisser vaincre par la peur face à une maladie ou un danger ; il faut l’affronter courageusement pour espérer le vaincre. Mais il importe de se montrer cohérent avec soi et avec les autres dans ce combat. Comme pour dire qu’il est temps de joindre l’acte à la parole.

Sory Sissoko

Le Triomphe

Vous allez aimer lire ces articles

Coronavirus : dix choses à savoir sur la chloroquine

Coronavirus au Mali: La zone de confinement, le palais des sports, fait polémique!

Michel Hamala Sidibé : « il faut empêcher l’entrée du virus »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct