Cancer du sein et du col de l’utérus : La campagne de dépistage lancée

Une vaste campagne de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus se tient depuis, hier, à l’initiative de « Médecins sans frontières » (MSF), une organisation médicale internationale et s’étendra jusqu’au 30 octobre prochain dans les centres hospitaliers-universitaires (CHU) du Point G et Gabriel Touré, les Centres de santé de référence (Csref) de Bamako. Les centres de santé communautaires (Cscom) de la Commune VI accueillent également les volontaires de dépistage.

 

La cérémonie solennelle de lancement s’est déroulée au Cscom de Yirimadio, en présence du chef du Projet oncologie de MSF, Alice Pauthier, du chef de service de gynécologie de l’hôpital Gabriel Touré, Ibrahima Téguété et d’autres invités Plusieurs autres invités y étaient présents.

Dans notre pays, les femmes payent un lourd au cancer. En 2020, on a estimé à environ 2.450 le nombre de nouveaux cas de cancer du sein au Mali. Cette campagne intègre les activités du mois d’octobre rose dédiées à la prévention du cancer du sein et à la solidarité.

L’initiative est le résultat d’un partenariat entre le ministère de la Santé et du Développement social et d’autres notamment la Fondation Orange. Elle permettra de dépister gratuitement le cancer du sein et du col de l’utérus. Il s’agira donc d’examiner et de palper les seins. Le dépistage du cancer dans les politiques, normes et procédures du Mali s’adressent à toutes les femmes sexuellement actives, âgées de 20 à 65 ans. Dans le cas où une anomalie serait détectée, le programme de MSF en partenariat avec les autorités sanitaires prendront en charge le coût des soins afin de débuter, si nécessaire, le traitement. Le chef de service de gynécologie au CHU Gabriel Touré a souligné que le cancer du sein et celui du col de l’utérus sont des problèmes majeurs de santé publique. Il a aussi relevé que le cancer tue beaucoup.

Ceux qui en survivent, a ajouté Ibrahima Téguété, sont des individus mutilés à cause de l’enlèvement du sein ou de l’utérus. Il a invité les femmes à plus de mobilisation pour le dépistage et souhaité que les plus de 65 ans, qui n’avaient jamais été dépistées, pourraient faire un examen gynécologique de routine au cours, elles bénéficieront de ce dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus. «Il faut faire en sorte que le cancer soit vu à un moment où le traitement peut se faire sans qu’on enlève tout le sein. Chaque mois, les femmes doivent faire l’autopalpation des seins. S’il ya une petite anomalie, elles doivent aller consulter un professionnel compétent pour les édificateurs», a conseillé le gynécologue.

Il dira aussi que notre gouvernement a alloué à la lutte contre le cancer 45% du budget du plan de lutte contre les maladies non transmissibles. S’y ajoute la mise en œuvre du Programme quinquennal dénommé Week-end 70, soutenu par l’ONG MSF. Il consiste à faire en sorte que le maximum de femmes puisse bénéficier du dépistage précoce du cancer du col de l’utérus.

Selon Pr Téguété, l’objectif est qu’à la fin de ce programme au moins 70% de la cible du dépistage soient couverts par cette activité. «Aujourd’hui, nous sommes à 58% dans le District de Bamako. Alors qu’il y a 5 ans le taux était à moins de 15%», s’est-il réjouissant, avant d’annoncer que le programme va être transféré à l’intérieur de Bamako.

Le chef du projet d’écologie de MSF, a expliqué que ces cancers sont précoces à des stades très tardifs alors que l’accès à un diagnostic le plus possible, augmente les chances de guérison. Selon elle, ces pathologies peuvent atteindre les femmes dès la sortie de l’adolescence. C’est pourquoi, at-elle indiqué, toutes les femmes et jeunes femmes peuvent et doivent se faire dépister auprès de leur sage-femme ou de leur gynécologue surtout si c’est la première fois.

Plusieurs intervenants ont appelé à la mobilisation pour la réussite de cette campagne à savoir : l’Association des combattantes du cancer, la Jeune chambre internationale universitaire et les autorités coutumières et municipales

Mohamed D. DIAWARA

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

Vaccin Covid-19 : les effets secondaires font un ravage en milieu rural

Covid-19 : l’OMS demande la levée des interdictions de voyage et du passe vaccinal pour voyager

Kadiolo : Plus d’une soixantaine de personne testées positives au Covid-19

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct