Coronavirus : l’espoir apporté par un petit ver marin

Initialement testée pour la greffe d’organes, l’hémoglobine de ce ver pourrait venir en aide aux malades nécessitant une assistance respiratoire.

Dans quelques jours, les réanimateurs pourraient commencer à tester une hémoglobine extraite de l’arénicole, un ver marin bien connu sur les plages bretonnes (photo). «L’hémoglobine de ce ver est capable de transporter 40 fois plus d’oxygène des poumons vers les tissus de l’organisme que l’hémoglobine humaine. De plus, c’est un transporteur d’oxygène universel compatible avec tous les groupes sanguins», explique Franck Zal, ancien chercheur en biologie marine au CNRS et fondateur de Hémarima, la biotech qui a mis au point cette molécule.

À lire aussi : Coronavirus: quatre traitements testés dans un vaste essai clinique européen
Initialement, cette hémoglobine a été testée pour la greffe d’organes. Ajoutée aux solutions de conservation d’organes à greffer, elle permet d’allonger leur durée de conservation de quelques heures à plusieurs jours, et d’accélérer la reprise de fonction de l’organe après la greffe. Le Pr Laurent Lantiéri (Hôpital Pompidou, Paris) qui l’a utilisé il y a deux ans pour une greffe de visage en est un ardent défenseur.

Il nous paraît éthique de proposer un traitement de rupture dans un moment où nous n’aurons plus de ressources pour des patients très graves.

Pr Bernard Cholley
Aujourd’hui, elle pourrait venir au secours

 

Source : Figaro.fr

Vous allez aimer lire ces articles

Communiqué N°209 du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales sur le suivi des actions de prévention et de riposte face à la maladie à CORONAVIRUS

Lutte contre la Covid-19 à l’Ecole : Les élèves livrés à eux-mêmes !

L’oignon : un agrume aux valeurs nutritionnelles et médicinales considérables

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct