Coronavirus ou covid19 : Après la pandémie, les scandales Covidgate !

Le coronavirus a le dos large pour avoir tout supporté. Les vérités comme les mensonges. Au fil des jours, le monde entier a découvert qu’il y a eu trop de fantasmes et d’exagérations, notamment sur les effets de la maladie, son traitement et le taux de mortalité qu’elle engendre. Aussi, l’apocalypse promis à l’Afrique n’a pas eu lieu. Mais lorsque dans quelques semaines cette épidémie tendra à devenir un mauvais souvenir, il nous sera quand même rappelé par des scandales de toutes sortes car la Covid-19 a vraiment bon dos.

Le monde entier a tremblé face au coronavirus, mais il faut reconnaître qu’en lieu et place d’alertes sérieuses pour permettre de mieux prévenir la maladie, des informations fantaisistes ont circulé, semant la panique, voire la terreur dans le monde entier. A entendre parler les spécialistes autoproclamés, on avait l’impression qu’avec la Covid-19, c’était l’apocalypse.

En d’autres termes, il y a eu trop d’affirmations alarmistes qui ont même influencé les prises de décisions de chefs d’Etats et de gouvernement.  Des certitudes qui se sont avérées finalement fausses. En effet, on prédisait un taux de létalité du virus très élevé. Ce qui est faux. Au finish, l’Afrique que l’on croyait plus exposée a mieux résisté que les pays dits développés d’Europe, d’Asie et d’Amérique dont les systèmes de santé, jadis cités en exemple, ont été durement éprouvés au point de révéler toutes leurs limites. L’apocalypse prédit pour l’Afrique n’a pas eu lieu.

Ensuite, on soutenait l’insensibilité du virus aux variations de température. Ce qui est faux car des études menées par des scientifiques ont contredit cette certitude de départ. Il est démontré que le virus pourrait disparaître en été avec la hausse des températures. Une étude américaine, plus précise, affirme qu’il serait non seulement sensible à la chaleur, mais aussi au soleil. Et les médecins traitants, qui incluent dans leur protocole médical l’exposition quotidienne au soleil du patient atteint de Covid-19, ne nous démentiront pas.

En outre, partout dans le monde on affirmait que les enfants propagent le plus rapidement le coronavirus. Ce qui a beaucoup motivé la décision de fermeture des écoles dès les premières heures de pandémie. Mais durant le pic de l’épidémie au niveau mondial, des études scientifiques ont prouvé le contraire : les enfants ne sont pas une source importante de transmission du virus, comme on le faisait croire.

Nombreuses complaintes et multiples plaintes des citoyens

Par ailleurs, les gouvernements auront fort à faire avec les nombreuses complaintes, voire même les multiples plaintes de citoyens qui remettent en cause la gestion de la pandémie de coronavirus, caractérisée par des errements dus à l’affolement, peut-être même la panique. Il s’agit notamment de la prise en charge des patients déclarés positifs au test, non sans persifler la fiabilité de ce test dont les résultats sont communiqués par téléphone. Et si l’intéressé n’est pas au bout de la ligne, la communication est faite à celui ou celle qui répond. Drôle de procédé !

Aussi, pour le transport des malades de leur domicile aux différents lieux de confinement, ce fut une absence totale de discrétion, causant ainsi une marginalisation de familles dans leur quartier où elles sont encore désignées du doigt. En un mot comme en mille, il y a eu dans l’affolement et la précipitation, voire la pression, selon certains praticiens, une violation du secret médical par certaines pratiques notées lors de la riposte au Covid-19.

S’y ajoute la polémique qui enfle au niveau de certaines localités du pays où les autorités sanitaires sont accusées d’avoir tout simplement voulu capter une partie des importants fonds Covid-19, en déclarant des cas douteux de Covid-19 pour accéder au Trésor de guerre mis en place par l’Etat. Pour les populations, c’était finalement comme une tontine dans laquelle il fallait déclarer des cas de Covid-19 pour recevoir rapidement son lot à titre de subvention. Mais quelle utilisation desdits fonds ? Ah, l’heure de la reddition des comptes va bientôt sonner ! Attention au Covidgate !

Mais les vrais scandales de Covidgate seront au niveau des multiples marchés conclus rapidement et en gré à gré au nom de la Covid-19 qui a vraiment le dos large pour tout encaisser, sans broncher. Sans compter les écoles privées victimes d’une fin prématurée de l’année scolaire, laquelle a perturbé les budgets. Plusieurs établissements d’enseignement privé, abrités dans des locaux en location, se trouvent en délicatesse avec les bailleurs. Si l’Etat qui les ignore encore dans le cadre de la tontine Covid-19 ne leur donne pas leur part, beaucoup de ces établissements risquent de mettre la clé sous le paillasson, à défaut de pouvoir faire banquer les parents d’élèves pour une année académique tronquée.

Une chose est très sure : après la pandémie, les Maliens se regarderont, sans méfiance en l’absence de mesures-barrière, les yeux dans les yeux, pour exiger des comptes sur les nombreux milliards de nos francs annoncés çà et là, parfois à grands coups de communication.                                                                    

 Amadou Bamba NIANG

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Gao: don de médicaments contre le paludisme au centre de santé

Le covid-19 a fait au moins un million de morts dans le monde

Diplopie : La vision double d’un même objet

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct