Coronavirus: y a-t-il raison de paniquer ?

Depuis un mois on parle beaucoup du Coronavirus. Certains pays ont fait de grand coup pour rapatrier leurs diplomates et ressortissants en Chine et suspendre leur vol régulier avec la Chine. Alors que selon l’OMS, l’Organisation mondiale de la Santé, même si elle l’a qualifié d’”urgence de santé publique de portée internationale”, elle s’est opposée tout de même à toute restriction de voyage. L’Organisation internationale de l’Aviation civile s’est opposée également à toute suspension de vol régulier avec la Chine.

 

En 2009, quand l’épidémie d’H1N1 s’était éclatée dans un autre grand pays, 1,6 millions de personnes dans plus de 200 pays avaient été touchées, et 280 000 cas de mort avaient été enregistrés, avec le taux de mortalité qui s’élevait à 17%. L’on n’avait jamais demandé à l’époque à l’OMS de déclarer “urgence de santé publique de portée internationale”. Ni rapatrié les ressortissants étrangers, ni suspendu les vols réguliers. Et l’on ne parle presque pas que toujours dans ce pays, la grippe qui sévit en hiver 2019-2020 a déjà touché 19 millions de personnes et a fait plus de 10 000 morts.

Jusqu’aujourd’hui, en Chine, 31 161 cas de malades confirmés ont été enregistrés, avec 636 cas de morts. Le taux de mortalité n’est que de 2%. La maladie était partie de la province du Hubei, au centre de la Chine. C’est la province la plus touchée de cette épidémie. Le gouvernement chinois a décidé de confiner nettement cette province pour couper la propagation du virus. Plus de 6 000 médecins de tout le pays, y compris de l’armée, ont été vite expédiés dans cette province. Deux hôpitaux spécialisés ont été construits en 10 jours dans la ville de Wuhan. Il s’agit d’une course contre la montre. On y travaille jour et nuit. Le monde entier a été fortement impressionné par cette mobilisation nationale. 67 chefs d’Etat et de gouvernement ont appelé ou écrit aux dirigeants chinois, et 18 ministres des affaires étrangères ont appelé leur homologue chinois, tous pour exprimer leur soutien et solidarité à la Chine.

Selon l’OMS, dans le reste du monde, 25 pays ont enregistré jusqu’ici  150 cas de malades confirmés depuis un mois. Par rapport aux autres épidémies d’auparavant, cette propagation s’avère beaucoup moins vite. Plus de 99% des malades se trouvent en Chine, plus de 97% de mortalité se trouvent dans la province du Hubei. Ainsi, toujours selon l’OMS, la Chine a réussi à stopper la propagation sérieuse du coronavirus et à offrir une fenêtre d’opportunité qu’il faut bien saisir pour lutter contre cette maladie dans le monde entier.

Dans le reste du pays, les gouvernements locaux, les quartiers, les unités de travail, la police et la gendarmerie ont pris des mesures de restriction dragonienne de tout mouvement et rassemblement de la population. La rentrée scolaire est reportée. Ceci aussi pour couper la circulation du virus dans toutes les provinces et dans toutes les villes. Bonne nouvelle: l’augmentation des cas de malades se sont limitée dans des quartiers bien ciblés. Bonne nouvelle encore: depuis deux jours déjà, l’augmentation de nouveaux cas de confirmation commence à baisser par rapport aux jours précédents. A partir de lundi prochain d’ailleurs, les entreprises commenceront à reprendre leurs activités dans le stricte respect des consignes de santé.

Un mot sur l’économie, car c’est la puissance motrice qui soutient cette guerre anti-virus. Le FMI et la Banque mondiale ont tous exprimé le 3 février leur confiance à la Chine en estimant que cette dernière poccède d’une large espace politique et d’une forte capacité monétaire d’injecter de la liquidité dans le marché pour amortir la perte économique dûe à l’épidémie. Rappelons qu’en 2003, même avec l’épidémie du SRAS, la croissance de l’économie chinoise avait atteint 10%. À l’époque, l’économie chinoise ne représentait que 5% de la totalité mondiale. Alors qu’aujourd’hui elle en représente 18%, pour être la deuxième économie mondiale, avec sa souplesse plus grande et sa structure plus solide.

Last but not least. Sur le continent africain, aucun cas de confirmation n’a été recensé pour l’instant. Les ambassades de Chine ainsi que les associations des ressortissants chinois dans les pays africains prennent  toutes les mesures pour éviter l’arrivée du virus en Afrique. Des dispositions de contrôle ont été renforcées par les autorités sanitaires dans les aéroports. La Chine, pays de grande responsabilité, fait tout, comme dans le passé, pour soutenir l’Afrique dans la santé publique. Rappelons qu’au moment de l’épidémie d’Ebola, tandis que d’autres diplomates et expatriés étaient partis dans des avions spéciaux, les diplomates et expatriés chinois étaient restés, et des avions spéciaux chinois étaient venus en premier amener des médecins et des matériaux de secours.

ZHU Liying

                                Ambassadeur de Chine au Mali

                                Bamako, le 7 février 2020

Vous allez aimer lire ces articles

LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE MOUSSA TIMBINE chez la Petite Teme

Communiqué N°159 du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales sur le suivi des actions de prévention et de riposte face à la maladie à CORONAVIRUS

Consultations prénatales : étapes importantes pour une grossesse réussie

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct