«Nous sommes très heureux de confirmer ce jour la rémission totale de 8 des malades de Covid-19 pris en charge par nos services, soit un total de 9 malades guéris. Ceci est un début d’espoir. Toutefois, le respect des mesures de prévention demeure impératif», a informé hier après-midi par Michel Hamala Sidibé, ministre de la Santé et des Affaires Sociales. Une bonne nouvelle qui a soulagé tout un peuple. En effet, dans la matinée d’hier, deux nouveaux cas de coronavirus avaient été annoncés par les services sanitaires. Il s’agit d’un adulte de 57 ans à Kayes et une jeune femme de 27 ans en Commune V. Il faut rappeler que le coronavirus a déjà occasionné 5 décès dans notre pays.

 

500 MILLIONS DE FCFA DANS LA CAGNOTTE CONTRE LE COVID-19
Des opérateurs économiques maliens mettent 500 millions de Fcfa dans la cagnotte de la lutte contre le Covid-19. Un geste de solidarité apprécié à sa juste valeur par le Premier ministre qui a reçu, hier, une délégation venue annoncer la bonne nouvelle. Elle était conduite par le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), Youssouf Bathily.
Le gouvernement, faut-il le rappeler, a mis en place ce fonds spécial pour recueillir des contributions dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Il est logé à la Banque malienne de solidarité (BMS s.a). Plusieurs opérateurs économiques figurent désormais parmi les généreux donateurs. Ils répondent ainsi à l’appel du chef du gouvernement qui les avait rencontrés, il y a quelques jours.
Le chef du gouvernement a remercié les opérateurs économiques pour cette marque de solidarité. Il a invité d’autres bonnes volontés à se manifester pour appuyer les efforts de l’Etat dans la gestion de cette crise sanitaire qui se transforme déjà, selon lui, en crise financière.

COALITION POUR L’ENSEIGNEMENT A DISTANCE

L’UNESCO, constant que 87% de la population scolaire et étudiante mondiale est touchée par les fermetures d’établissements dues au COVID-19, a lancé la semaine dernière une Coalition mondiale pour l’éducation. Afin, soutient l’Organisation mondiale, d’aider les États à développer les meilleures solutions d’enseignement à distance et à atteindre les enfants et les jeunes les plus à risque. « Jamais auparavant nous n’avions été témoins d’une telle perturbation de l’éducation à cette échelle », a déclaré la directrice générale de l’Unesco. Audrey Azoulay de justifier : « Le partenariat est la seule façon d’aller de l’avant. Cette coalition est un appel à une action coordonnée et innovante pour débloquer des solutions qui ne soutiendront pas seulement les élèves et les enseignants maintenant, mais aussi tout au long du processus de redressement, en mettant l’accent sur l’inclusion et l’équité ».

DES SANCTIONS PÉNALES ET PÉCUNIAIRES

L’Autorité de protection des données à caractère personnel (APDP) menace de sanctions pécuniaires et pénales prévues par la loi n°2013-015 du 21 mai 2013 modifiée et le code pénal, les personnes qui collectent et diffusent les informations personnelles sur les supposés porteurs du virus et leurs proches. Car, il est formellement interdit aux particuliers de collecter ou de publier, notamment sur internet et les réseaux sociaux, les données personnelles des personnes atteintes et de leurs éventuels contacts, rappelle un communiqué de l’APDP parvenu à notre rédaction. Il s’agit, précise le document, des renseignements portant sur leurs nom et prénoms, leurs adresses et numéros de téléphone ainsi que toute information relative à leur état de santé. Rappelant que de telles informations constituent des données sensibles dont le traitement obéit à des règles strictes édictées par la loi n°2013-015 du 21 mai 2013 modifiée, portant protection des données à caractère personnel en République du Mali, l’Autorité ajoute que dans le cadre de la gestion d’une épidémie, les données de santé ne peuvent être collectées que par les autorités sanitaires.

SOUTIEN RÉAFFIRMÉ DE LA BANQUE MONDIALE

La Banque mondiale a réitéré vendredi sa volonté à accompagner la stabilité du pays et s’est engagée à apporter son soutien au gouvernement malien pour atténuer les effets de la pandémie. C’était lors d’une visioconférence, entre le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé et la directrice des opérations de la Banque mondiale au Mali et ses équipes. Lors de laquelle le Premier ministre avait notifié les attentes et les priorités dégagées par le gouvernement du Mali dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Les échanges avaient aussi porté sur le programme d’urgence en faveur des régions du centre et du nord de notre pays.

Source : L’ESSOR