Fête d’Aid El fitr à Kidal le dimanche : “là n’est pas le problème…. en tout cas, au Mouvement Tabalé, nous avons décidé de prendre son destin en main quelque soit le prix”

Je me demande ce qui passe dans la tête de certains Maliens. A moins de souffrir d’hyper émotivité et de sensibilité aléatoire et sporadique, je ne sais pas comment peut on donner de telles interprétations négatives et anti constructives auxquelles nous avons eu droit au motif que Kidal a célébré l’Aid El Fitr en un jour différent de Bamako ou du reste même du pays. A combien de reprises nous avons vu ici au Mali des régions, cercles et d’autres contrées fêté en des jours différents ?


Au lieu de nous attaquer aux problèmes de fond de notre pays , beaucoup d’entre nous trouvent le plaisir de nous distraire par des logiques épidermiques et réactionnaires et on ne sait même plus enfin à quelles fins et au profit de qui ?
Je commence à croire à un ami touareg qui m’a dit un jour que le syndrome de Kidal finira un jour par noyer le poisson Mali dans l’eau.
Il y a des choses qui se sont passées et qui se passent à Kidal que je désapprouve et même là sous certaines réserves car, à mon avis, “avant de jeter l’opprobre sur là où tu es tombé, accuse d’abord là où tu as trébuché”, nous apprend un proverbe bambara.
Tous ceux qui ont une petite dose de sincérité et d’honnêteté savent bien où est-ce que nous avons réellement trébuché et voici ma part de plat de l’Aid El Fitr pour vous.
Nous avons trébuché quand nous avons délibérément accepté de régir la mauvaise gouvernance en norme politique et sociale par la légalisation et la légitimation du mensonge d’Etat , du vol, de la corruption, de la manipulation communautaire, de la criminalisation de notre économie et de la préservation de nos intérêts individuels, familiaux et claniques au détriment des intérêts de nos populations.

Voilà la triste réalité et la seule qui vaille aujourd’hui dans notre pays. Je l’ai dit à plusieurs reprises et en plusieurs lieux dont le Dialogue national inclusif (DNI) en dernier, que ce qu’on appelle d’ailleurs maladroitement problème du Nord n’est rien d’autre que les conséquences mortifères d’une crise profonde de gouvernance qui s’est soldée par une rupture de confiance totale entre le peuple et ses dirigeants . Que peut- on attendre d’un État totalement discrédité ?
Que peut-on encore attendre de la Cour constitutionnelle de notre pays en terme de garant républicain du droit fondamental démocratique du citoyen qu’est le vote après ses frasques récentes à la suite des dernières élections législatives ? Les réponses à ces questions sont corollaires, en tout cas pour ceux qui sont dans des combats sincères pour le pays.
De notre avis, la seule bataille à engager aujourd’hui est celle qui nous permettra de nous soustraire du système de gestion chaotique, mafieux et ostraciste dont s’est prévalu le “mouvement dit démocratique” qui s’est instauré après Mars 1991 sous fond de mensonges et de duperie, qui s’est exacerbé avec le règne d’IBK et qui a progressivement détruit toute la structure politique, économique, sociale et culturelle de notre pays. Honneurs à ceux qui étaient patriotes parmi ces dits démocratiques, qui ont fini par se retirer du lot des usurpateurs et des opportunistes. Notre lutte pour tourner la page de la troisième République est désormais un secret de polichinelle pour ceux qui nous suivent de près ou de loin.
Nous avons juste à choisir entre 2 alternatives : Prendre notre destin en main ou le subir.
En tout cas, pour ce qui nous concerne au sein du Mouvement Tabalé, nous sommes pour la première option et nous irons inchallah jusqu’au bout quelque soit Alpha comme on le dit , au prix de nos libertés et de nos vies pour l’unique raison qu’aucun sacrifice n’est de trop pour sa patrie . N’est-ce pas chers amis ?
Bien à vous tous
Fabou KANTE
Ambassadeur de la Paix depuis 2001
Président de la Coalition Patriotique pour le Mali (CPM)
Président du Mouvement Tabalé
66 78 67 10/76 07 41 07
[email protected]

Vous allez aimer lire ces articles

Cataracte : Peut bien survenir chez l’enfant

Corona-vacances : le passe-temps principal de certains élèves à Bamako

CAISSE NATIONALE D’ASSURANCE MALADIE (CANAM) : LE PCA RÉAFFIRME SON SOUTIEN AUX RESPONSABLES ET PERSONNEL DE LA STRUCTURE

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct