Pour appuyer le Mali dans le domaine de la surveillance microbiologique des maladies, le directeur en charge de la santé publique et de la recherche, au sein de l’organisation ouest africaine de la Santé (OOAS) Dr. Carlos Brito a remis officiellement à l’Institut national en santé publique (INSP) l’ex INRSP, un laboratoire ambulant. L’événement a eu lieu en présence de la directrice adjointe de l’INSP, Dr. Ténin  Aoua Thiero et des agents dudit institut. Ce laboratoire modèle a coûté 300 000 dollars y compris le coût de la formation d’un laborantin.

 

Dans son intervention Dr. Carlos Brito de l’OOAS a expliqué que ce don est le fruit d’une collaboration fructueuse entre sa structure et la Banque africaine de développement (BAD).   Il  a soutenu qu’un  des objectifs clés de la CEDEAO est d’assurer la libre circulation dans notre région et de travailler pour améliorer l’intégration de nos pays. Et l’OOAS, en tant qu’Institution spécialisée en charge de la santé de la CEDEAO, fait de la lutte contre les épidémies une priorité car, soutient-il,  les épidémies peuvent mettre en danger la libre circulation dans l’espace communautaire. Il a précisé que le  laboratoire mobile est équipé d’équipements de laboratoire comme une hotte à flux laminaire, une centrifugeuse, deux réfrigérateurs, un microscope fluorescent pour le diagnostic précoce et le contrôle des maladies à potentiel épidémique et bactériologique.

Ce  don, selon lui, est destiné à soutenir les autorités sanitaires maliennes dans la fourniture d’une réponse rapide et opportune aux épidémies qui sévissent dans le pays, comme le choléra et la méningite. Il a rappelé que l’espace CEDEAO enregistre chaque année plusieurs épidémies, notamment de méningite. Ce laboratoire mobile, d’après  le Dr Brito, permettra   également au Mali d’avoir plus de capacités en termes de diagnostic précoce et de contrôle des épidémies bactériennes.

D’après lui,  des activités similaires sont menées dans d’autres pays comme le Burkina Faso, le Niger, la Gambie et le Sénégal, pour couvrir l’ensemble de la ceinture méningitique de notre région communautaire afin de permettre aux Etats membres d’avoir plus d’emprise sur ces épidémies.

La directrice adjointe de l’INSP, Dr. Ténin  Aoua Thiero, a apprécié à sa juste valeur le matériel acquis vu l’immensité des besoins de nos populations en matière de santé.

Elle a remercié l’OOAS pour le geste qu’elle qualifie d’une importance capitale pour sa structure.   » Il aidera à obtenir des informations en temps réel pour lui permettre de prendre rapidement des décisions concernant la prévention et la réponse aux épidémies » estime-t-elle.

» Le territoire du Mali est tellement vaste et quand il y a un problème quelque part, c’est très difficile de diligenter rapidement une équipe sur le terrain… Maintenant, avec ce laboratoire mobile, avec des spécialistes et des techniciens à bord, les informations seront disponibles à temps pour permettre une prise de décision rapide » a conclu le Dr Thierno.

Source: l’Indépendant