Les eaux en sachets peuvent être très consommées au Mali surtout en cette période de forte chaleur car ces eaux en sachets qui ont une provenance des plus douteuses. Les vendeuses d’eaux, les fabricants, tous se remplissent la poche à travers la vente de ces eaux qui sont mis en sachet dans de mauvaises conditions. Ces sachets d’eaux ne portent ni de date de fabrication, ni la date de péremption.

Malgré les nombreuses dénonciations sur la qualité de ces eaux par les agents de la santé et les consommateurs, le phénomène persiste à être distribué en grande quantité dans la capitale Malienne. De nombreux citoyens pensent que les autorités doivent réguler la distribution de l’eau car il y va de la santé de la population. Alors que prévoit le gouvernement en termes de règlementation du secteur de production d’eau en sachet pour atténuer les risques de propagation des maladies.

En effet, les eaux en sachets vendues entre 25 et 50 CFA l’unité a vue d’œil inspirent confiance à travers leur emballage rassurant. Les slogans publicitaires y apportent leurs touches pour appâter le consommateur. Et l’on peut l’affirmer sans exagérer qu’au Mali, en tout cas ce marché est non seulement en pleine explosion mais qu’il est aussi hautement lucratif. Ce marché échappe à tout contrôle de l’Etat, faute de réglementation ou parce que les règlements existants ne sont pas respectés.

Les eaux en sachets ne sont pas sûres. L’eau utilisée peut contenir des impuretés liées à des mains sales ou à la poussière. La qualité de l’eau en sachet se dégrade rapidement avec un système de stockage inadéquat dans les boutiques.

La plupart des citoyens ignorent les conséquences de la consommation de ces eaux en plastique. C’est le cas de Coumaré : « je trouve que les eaux en sachets sont sans dangers. Je consomme cette eau depuis bien longtemps. Je l’utilise même pour préparer le biberon de mes enfants. Pour moi, c’est une eau potable, en plus elle est accessible pour nous les pauvres, » déclare dame Coumaré.

Au-delà de l’aspect sanitaire se pose la question environnementale, puisqu’après la consommation de l’eau, les consommateurs jettent les sachets qui sont non-biodégradables polluant du coup les habitations et bouchant les caniveaux.

La distribution de ces eaux en sachet doit être interdite. A défaut, ces eaux doivent être soumises à un contrôle durant tout le processus de production. Ils sont un véritable danger pour la vie de la population. C’est vrai que l’eau est une source vitale mais une eau de mauvaise qualité est source de nombreuses maladies.

Aminata OUATTARA (Stagiaire)

Source: Bamakonews