Au Mali, la fièvre hémorragique de « Crimée-Congo » a fait sept morts en 48 heures à Kéra dans le cercle de Douentza dans la région de Mopti. Selon le secrétaire général du ministère de la santé et des affaires sociales, la région de Mopti enregistre 14 cas dont 7 morts en 48 heures.

C’est la panique dans le cercle de Douentza. La fièvre hémorragique de « Crimée-Congo » vient de faire sont apparition. L’information a été confirmée par le directeur régional de la santé de Mopti. Sur les 14 cas enregistrés, 7 ont déjà trouvé la mort en moins de 48 heures. Les premiers cas sont arrivés à l’hôpital régional de Mopti depuis le 1 février.

« Des personne suspectées d’être contaminées ont été mises en quarantaine » affirme les autorités médicales de la région.

Décrite pour la première fois en 1944 chez des militaires soviétiques en Crimée, la FHCC a également été mise en évidence en 1956 au Congo, d’où son nom de Crimée-Congo

Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) provoque des flambées de fièvre hémorragique virale sévère.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMSD), le virus se transmet principalement à l’être humain à partir des tiques et des animaux d’élevage. La transmission interhumaine peut survenir à la suite d’un contact direct avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de sujets infectés

Une épidémie qui intervient au moment où les autorités sanitaires maliennes mettent en œuvre les stratégies pour protéger le pays contre le Coronavirus qui fait de nombreux morts en Chine.

Par Daouda Bakary KONE

croissanceafrique