Malijet.co

FEMMES AUX GROSSES FESSES : Un des pires malheurs des hommes

Les femmes au postérieur bien fourni, n’ont jamais laissé de répit aux hommes. Certaines femmes, conscientes de l’effet ‘satanique’ que leur postérieur abondant exerce sur les hommes, ont fini par en faire une marchandise qu’elles n’hésitent plus à exhiber devant le premier venu ou même la commercialiser au plus offrant.

Les hommes, notamment, ceux dont le vice sexuel dépasse tout entendement humain et qui, à force de voir en cette ‘générosité’ morphologique de la femme, la source d’une libido surdimensionnée, y ont fini par être atteints d’une espèce d’obsession qui fasse désormais partie de leurs pires souffrances psychologiques et sociales.
D’un point de vue scientifique, les fesses de la femme, notamment, lorsqu’elles sont suffisamment bien charnues, deviennent la première source d’attirance sexuelle pour l’homme. Pour les hommes éminemment vicieux, c’est encore pire. Chez ces derniers, un postérieur impressionnant peut, même hors de leurs yeux, longtemps rester graver dans leur mémoire visuelle et sensationnelle pour chaque fois réactiver leurs pulsions libidinales. C’est dire à quel point les femmes aux grosses fesses font souffrir ces hommes en silence. Entre femmes, elles-mêmes, c’est aussi une réelle source de jalousie.
Nombreux parmi ces hommes dont certaines personnes critiquent sévèrement la ‘nature vicieuse’, sont, en effet, psychologiquement victimes d’un désordre sexuel qui prenne sa source dans leur histoire infantile et sur lequel phénomène psychique, ils n’ont, eux-mêmes, aucun pouvoir de maîtrise ou domination. C’est pourquoi, il est souvent fréquent de voir des hommes qui, en polygamie, se marieront jusqu’à 4 femmes, toutes au postérieur remarquable, mais qui, par insatisfaction ‘maladive’, iront entretenir des relations extraconjugales avec d’autres filles pour les mêmes besoins de fesses.


Un homme qui court après les fesses, équivaut à une femme qui court après l’argent des hommes
La frivolité sexuelle qui caractérise l’homme maladivement attiré par les fesses d’une femme, équivaut à la frivolité d’une femme maladivement attirée par le matériel des hommes. En d’autres termes, un homme qui n’aime une femme que pour son postérieur, la source première de tous les vices sexuels, sera inexorablement attiré par des milliers d’autres femmes du genre. Une femme qui n’entretient de relation qu’avec les hommes matériellement stables, entretiendra naturellement des milliers d’autres relations avec des hommes bien aisés. A chacun donc de tirer les conclusions de sa propre relation avec son conjoint ou sa conjointe au risque de se laisser désagréablement surpris un jour pou l’autre.

La boulimie masculine des fesses, a conduit certaines femmes s’adonner à des produits pharmaceutiques pour mieux arrondir leur maigre postérieur et y conférer des formes esthétiques plus gracieuses afin de faire vivement désirer par les hommes. Certains vont jusqu’à se soumettre à des chirurgies combien risquées pour se tailler un postérieur prestigieux et avoir le maximum d’hommes à leurs pieds. Ces catégories de femmes voulant coûte que coûte avoir de grosses fesses, en font souvent, non seulement, une source de célébrité sur les réseaux sociaux, mais aussi, une arme de marchandage sexuel au service des plus offrants. Certaines d’entre elles en tirent déjà bien des profits !


Cela explique, de nos jours, la floraison de stars au postérieur hallucinant et qui soient parmi les célébrités féminines les plus suivies sur les réseaux sociaux au Mali et dans la sous-région. Pour ces stars féminines, le mariage est une « perte de temps », car, elles voudraient engranger le maximum de ressources financières en ne se faisant âprement désirer que par de riches hommes pervers. L’un des plus gros malheurs sociaux des hommes, vient justement des effets désastreux causés par l’attirance obsessionnelle, impitoyablement exercée par les femmes fessues sur d’innombrables hommes.

Source : La Sirène

Vous allez aimer lire ces articles

« Dialogue national inclusif »: Les concertations se poursuivent dans les communes jusqu’au 15 octobre

Fausse couche : un mal qui ronge les femmes

Diéma : Du couscous soninké ou ‘maraka bassi’

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct