Traitement des maladies du Cancer : patients et médecins plaident “la prise en charge par l’AMO”

Plus de 6.500 cas de cancer ont été enregistrés au Mali entre 2015 et 2017. Une augmentation des maladies cancérigènes qui pousse de plus en plus les médecins et les malades à plaider pour l’intégration des médicaments du cancer dans l’Assurance Maladie Obligatoire, AMO. C’est donc dans ce contexte qu’intervient la célébration du 4 février, marquant la Journée mondiale de lutte contre le cancer. Entre espoir de survie et la souffrance endurée, certains patients du cancer ne savent plus à quel saint se vouer.

 

Sous perfusion à l’Hôpital « Mère Enfant » de Luxembourg, Mafi à l’air épuisée. Cette mère de famille se bat depuis deux ans contre un cancer du col de l’utérus. Elle a déjà dépensé une fortune dans le traitement de sa maladie. « J’ai déjà dépensé plus d’un million cinq cent mille francs CFA dans le traitement, et je suis à bout de souffle. Toute notre économie est allée dans le traitement, nous prions vraiment pour la baisse du prix », témoigne notre interlocutrice.
Depuis 2008, le gouvernement a mis à la disposition des hôpitaux un budget annuel de 300 millions de FCFA pour la prise en charge des malades du cancer. Douze ans après, ce fonds ne suffit plus. C’est pourquoi beaucoup de malades, comme Mafi, achètent leurs médicaments à des coûts très élevés. Pour soulager les malades, les médecins plaident pour la prise en charge des médicaments par l’AMO. « C’est avec cette solution que le maximum de patients sera guéri au Mali, et l’accent sera particulièrement mis sur le dépistage. On sait qu’aujourd’hui de part le monde, un cancer diagnostiquer tôt est égal à une guérison assurée dans presque 100% des cas », explique Dr Madani Ly, cancérologue à l’hôpital « Mère Enfant » de Luxembourg
Entre 2015 et 2017, le registre national a enregistré 6500 cas de cancers. On dénombre près d’une dizaine de types de cancers au Mali. « Les cinq premiers cancers chez la femme sont : le cancer du sein, suivi du cancer du col, de l’utérus, de l’estomac et celui de la vessie », nous explique Dr Ly. « Chez l’homme, c’est le cancer de la prostate, ensuite celui de l’estomac, du foie et enfin de la vessie comme chez la femme », poursuit le cancérologue.
Les causes du cancer sont multiples, selon le Dr Madani Ly. « Ce n’est pas une maladie contagieuse, ceux sont les comportements de l’individu qui peuvent le mener au cancer, entre autres et surtout du côté de la jeunesse le tabac, l’alcool et le manque d’activités physiques », a déclaré Dr Ly, cancérologue à l’hôpital « Mère Enfant ».
En plus de la pratique des activités sportives, les médecins conseillent la consommation des fruits et légumes pour prévenir le cancer. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS, cette maladie tue plus que le Sida, la tuberculose et paludisme à travers le monde.

Studio Tamani

Vous allez aimer lire ces articles

Pandémie de la COVID-19 : Impacts sur le développement socioéconomique au Mali

Yorossa : la campagne de chimio-prévention du paludisme saisonnier lancée

Gao: don de médicaments contre le paludisme au centre de santé

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct