Selon le président du PACP, Yeah SAMAKE, le gouvernement doit démissionner s’il ne peut pas libérer Kidal.

Yeah SAMAKE, président du Parti pour l’action civique et patriotique (PACP), l’a dit le samedi dernier, au cours d’une conférence de presse, au siège du parti à Faladié. Yeah Samaké pacp

Il était assisté de plusieurs responsables du parti, dont Aboubacar Sidiki FOMBA, secrétaire général.

Sur la question Kidal et du MNLA, le président du PACP a été intraitable : « La récupération des régions du nord et l’organisation ont été les deux principales missions confiées aux autorités de la transition. Si le gouvernement ne peut pas libérer la région de Kidal et désarmer le MNLA, il doit démissionner. Si Kidal n’est pas libérée, les autorités ont failli. «Elles seront comptables et redevables devant le peuple malien. Ça doit être une exigence du peuple malien ».

L’homme qui n’a pas sa langue dans sa poche, M. SAMAKE, a aussi dénoncé avec véhémence l’annonce toujours à l’étranger des décisions concernant notre pays par le président de la République par intérim, Dioncounda TRAORE.

Le conférencier se veut comme exemple la première date des élections et son léger report.

Yeah SAMAKE a évoqué avec les journalistes ses différents voyages à l’extérieur du Mali (aux USA, en France…) et à l’intérieur (Tombouctou, Diré, etc.).

Selon le conférencier, il était aux USA et en France pour renforcer les acquis diplomatiques pour la mobilisation autour du Mali. Partout où il a passé, il a informé et discuté avec les autorités sur la situation du Mali et sur son évolution, et le cas Kidal a été évoqué avec insistance.

A l’intérieur du Mali, il était à Tombouctou et Diré pour échanger avec les populations de leurs préoccupations et apporter le soutien aux forces armées déployées partout sur le terrain.

Yeah SAMAKE a demandé aux autorités de mettre à la disposition de l’armée les moyens adéquats pour l’accomplissement de sa mission régalienne.

En réponse aux questions des confrères, le conférencier a déclaré que son parti est prêt financièrement pour les élections à venir.

Le président du PACP en a profité pour saluer les nombreux militants du parti qui mettent la main à la poche pour soutenir le parti. Il s’agit des Maliens de l’intérieur ou de l’extérieur.

Selon lui, avec ou sans le parrainage, le PACP prendra part aux élections à venir, selon Yeah SAMAKEA.

Pour lui, le parrainage a été imposé par le gouvernement déchu d’ATT pour barrer la route à certains candidats.

En tout cas, Yeah est sûr que le parrainage est un marché pour certains élus, car, ils le monnayent.

Par ailleurs, il faut préciser que le Parti pour l’action civique et patriotique tiendra son premier congrès ce 22 mai au CICB. A l’issue de ce congrès, le candidat du parti à la présidentielle sera investi.

Par Hamidou TOGO

Source: info-matin