Agence Malienne de Radioprotection (AMARAP) Suivi peu satisfaisant des recommandations de la vérification financière effectuée en 2019

Etablissement national à caractère Administratif (EPA) placé sous la tutelle du Ministre en charge de l’Energie, l’Agence Malienne de Radioprotection (AMARAP) a été créée par l’Ordonnance n°02- 060/P-RM du 05 juin 2002 avec mission d’élaborer les éléments de la politique nationale dans le domaine de la radioprotection et d’assurer le contrôle des sources de rayonnements ionisants et la gestion des déchets radioactifs.

Le Bureau du Vérificateur Général (BVG) voulait s’assurer que les quatre (04) recommandations formulées lors de la vérification initiale effectuée en 2019 sur les exercices 2016, 2017, 2018 et 2019 (1er semestre) ont été mises en œuvre au cours de l’exercice 2020 et que les faiblesses constatées ont été corrigées.

Etat de mise en œuvre des recommandations :

Le taux global de mise en œuvre des recommandations est de 33,34%. En effet, sur 4 recommandations formulées à l’issue de la vérification financière de 2019, une (1) est entièrement mise en œuvre, une (1) est partiellement mise en œuvre, une (1) est non mise en œuvre et une (1) est sans objet. Le niveau de mise en œuvre globale des recommandations n’est pas satisfaisant. Au titre de la recommandation entièrement mise en œuvre, le Régisseur d’avances soumet les factures de la régie à la certification du comptable-matières. Pour la recommandation partiellement mise en œuvre, l’AMARAP ne respecte pas entièrement les règles de mise en place d’une commission de réception. Enfin, la recommandation non mise en œuvre concerne le manuel de procédures administratives, comptables et financières de l’AMARAP qui n’était toujours pas validé. Par ailleurs, une recommandation est demeurée sans objet. Il s’agit du respect des dispositions réglementaires et celles des Données Particulières de l’Appel d’Offres, car la non passation de marché, au cours de l’année 2020, n’a pas permis à cette entité d’appliquer la recommandation.

Somme toute, il ressort donc des travaux de suivi des recommandations que des insuffisances demeurent et affectent la qualité de la gestion de l’Agence dont la plus significative est la non-validation du manuel de procédures administratives, comptables et financières de l’AMARAP.

Source : BVG

Vous allez aimer lire ces articles

Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme : les enquêteurs de la police nationale en formation

Bamako : manifestation contre la vie chère

Mali – Hausse des prix des denrées alimentaires: les femmes disent NON

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct