Le bureau régional de la MINUSMA de Tombouctou a inauguré le 27 avril dernier le projet d’extension de la maison d’arrêt de Niafounké. Ce projet de la section des affaires judiciaires et pénitentiaires de la mission onusienne au Mali financé pour plus de 24 millions de francs CFA  vise à appuyer le rétablissement de l’autorité de l’État et améliorer les conditions de détention des femmes. En 2016, le premier projet de la MINUSMA avait déjà partiellement réhabilité et équipé la maison d’arrêt de Niafunké et ce second projet a pour but d’étendre les locaux de l’infrastructure, précise un communiqué sur le site de la MINUSMA.

Un aspect important de cette réalisation est la prise en compte du genre. Si le degré de développement d’une nation se mesure également par le traitement qu’elle réserve à ses citoyens incarcérés, ce geste de la MINUSMA permet alors un meilleur respect des droits de celles-ci et d’éviter tout risque de violence contre elles.

Jadis, elles partageaient une même cour avec les hommes. Chose qui les exposait à toute forme de violence verbale ou physique et notamment des violences sexuelles. Pour Maïga Fadimata Maïga, cheffe du service local de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, cette action de la MINUSMA contribuera à protéger l’intérêt physique et psychique des femmes détenues.

Ce projet vient donc renforcer les capacités du personnel de la maison d’arrêt et offrir aux détenues des conditions de détention conforme à l’esprit des règles. La cérémonie de réception a enregistré la participation de plusieurs hautes responsables ainsi que des représentants de la MINUSMA et des éléments de la police des Nations-Unies.

Source: Le Pays