ABUS DE POUVOIR OU DEMONSTRATION DE FORCE ? : L’espace Le Repère démoli par le richissime Basseydou Sylla

Basseydou Sylla a-t-il outrepassé ses prérogatives en démolissant l’espace culturel Le Repère ?  La question vaut son pesant d’or, vu la tournure qu’a prise cette histoire. Dans un pays dit laïc, il est important que les choses soient faites dans les règles de l’art

Nous sommes loin d’apporter un quelconque jugement sur une affaire qui est déjà devant les tribunaux, mais les faits tels que racontés par une source proche du dossier donnent à réfléchir et confirment le fameux dicton de la raison du plus fort qui est toujours la meilleure.

C’est en 2013 que le nommé Abdoulaye Koné a pris le local de feu Kokè Dembélé en location bail commercial. En début 2020, il a été informé de la vente du local pour la somme de 700 millions de fcfa. N’étant pas en mesure de le payer, il a proposé 300 millions ce qui fut refusé et il a demandé de s’entretenir pour trouver un compromis si une tierce personne venait à acheter. Après plusieurs approches par voie de courrier mais il semble ne jamais été entendu.

En mars 2020 Bah Seydou Sylla opérateur économique en commune I est devenu le nouveau propriétaire des lieux. Il aurait même appelé le locataire de Repère pour le lui dire et demandé ses clés. Une situation difficile puisque ce dernier, nous apprend, avait déjà un contrat de bail. M Koné, a donc dit à M Sylla que son notaire qui a fait la vente devrait lui contacter avant tout. A en croire notre source, M Sylla aurait répondu que cela ne serait nullement pas son souci. C’est ainsi que M Koné, un jeune qui selon notre source porte le Mali dans son cœur aurait pris son courage en main et est allé voir Basseydou afin qu’il trouve un terrain d’entente. La proposition était de lui donner du temps afin qu’il trouve non seulement une équation dans un délai requis à ses quarantaines d’employés, mais aussi trouver une solution à ses dettes qu’il avait contractées pour la construction de l’établissement qui était en cours.

En réponse, Basseydou lui aurait donné seulement trois mois. N’est-ce pas difficile pour une entreprise qui a investi pendant un long moment de quitter les lieux en espace de trois mois ? Comme si cela ne suffisait pas, apprend-on encore qu’un huissier de Sylla a remis une sommation de payer les 3 mois de Corona virus dans 24h sinon M Koné sera expulsé pour non-paiement de loyer. Le montant de l’argent qui s’élevait à 2millions quatre cent a été remis à l’huissier mais Basseydou aurait refusé de prendre les sous, car dit-il, il n’aime pas l’argent de l’alcool.  Mais aux dernières nouvelles, ces sous n’ont jamais été retournés à M Koné.

Le feuilleton

Au même moment, M Koné a été assigné au tribunal du commerce pour expulsion. Là, le richissime Ba Seydou Sylla a été débouté de la forme car il était question de bail commercial. Cette décision a, semble-t-il mis Ba Seydou dans tous ses états et lui aurait donné l’envie de finir avec le jeune opérateur. Or, il nous revient de source digne de foi que le Repère dispose de tous les documents formels pour ouvrir ses portes. De l’autorisation de la mairie, en passant par les des services d’impôt, tout y est pour mener ses activités sans problème. Mais cela n’a pas empêché la grande descente des éléments du 3è arrondissement à l’espace culturel ‘’ Le Repère’’. Nos investigations ont permis de comprendre qu’il s’agissait d’une plainte encore de Basseydou Sylla contre le promoteur du Repère. M Sylla reprocherait à M Koné de faire du proxénétisme, or toutes les activités menées par Le Repère sont légales et sont munies de document. A la suite de cette descente des limiers du 3è arrondissement, le gardien des lieux a été gardé pendant une dizaine de jours puis, relâché au tribunal de la commune II.

La grande goutte qui a fait déborder le vase est la présence des Caterpillars sur les lieux le 21 février vers les 21H pour la démolition. Ce, pendant que les objets et biens du promoteur y étaient et les portes fermées et pendant que les procédures de justice soient toujours en cours. Tout a été démoli à la surprise et à la désolation générale de tous, car aucun papier de démolition n’avait été remis à M Koné.   La question qui taraude l’esprit est de savoir pourquoi tout ça quand on sait celui dont il est question a permis, à travers son entreprise à trouver une source de revenu pour nombreux jeunes qui sont dans les parages. Mieux, il a même été parrain du mois de la solidarité de la commune les années passées. Venir saccager ses biens sans mesure est sans doute inhumain.

Affaire à suivre

 

Source: 223 Infos

Vous allez aimer lire ces articles

« Zéro VBG » : une plateforme web et une application mobile de lutte contre les VBG

​Mali: début du ramadan ce mardi 13 avril (communiqué)

Bounti : La fronde des défenseurs des droits de l’homme

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct