Dans le cadre de l’accompagnement des autorités intérimaires et collèges transitoires, le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, avec l’appui financier de la Minusma et le soutien technique du Groupe de recherche et d’appui au développement institutionnel (GRADI-Mali), organise du 23 novembre au 3 décembre 2019, la 2è session de renforcement des capacités des élus, représentants de l’État, autorités intérimaires et collèges transitoires des Régions de Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudéni.


La cérémonie d’ouverture de la session s’est déroulée samedi dernier au Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT), sous la présidence du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah. C’était en présence de la représentante de la Minusma, Margaret Matic, du directeur de GRADI-Mali, Bocar Abdoulaye Touré ainsi que plusieurs administrateurs et élus venus des régions concernées.
L’objectif général de la rencontre est d’appuyer l’administration locale dans le Nord et le Centre du Mali en vue de la restauration et de l’extension de l’autorité de l’État. À ce propos, le directeur de GRADI-Mali a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans le souci d’améliorer notre outil de gouvernance, de perfectionner notre savoir-faire en matière d’administration et de gestion de la chose publique. C’est pourquoi, ajoutera Bocar Abdoulaye Touré, GRADI-Mali a conçu et soumis à la division des affaires civiles de la Minusma, des thématiques induites des réformes en cours dans notre pays, et en réponse à la demande de formation exprimée par certains participants lors de leurs précédentes sessions.
Pour sa part, la représentante de la Minusma a affirmé que la session qui s’ouvre s’inscrit en droite ligne des précédentes qui ont permis, entre autres, d’outiller les autorités intérimaires et collèges transitoires, au niveau des régions et cercles du Nord avec l’appui technique de la Direction générale des collectivités territoriales et du CFCT.
Cette dynamique, a annoncé Margaret Matic, se poursuivra, estimant que les défis sont nombreux, notamment le transfert des services déconcentrés de l’Etat aux collectivités territoriales, la mise en place de la police territoriale, la relecture du code des collectivités territoriales.
Dans son intervention, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a rappelé que la reforme de décentralisation territoriale engagée au Mali depuis 1991 entrera dans sa phase active qui est la régionalisation. Pour Boubacar Alpha Bah, l’accompagnement de cette étape décisive implique qu’un accent particulier soit mis sur le renforcement et l’intensification des actions de formation au bénéfice des différents acteurs en vue de leur permettre de s’approprier des réformes en cours dans divers domaines et de favoriser leur mise en œuvre effective. « En organisant la présente session de formation, j’entends relever le défi lié à l’opérationnalisation des nouvelles entités locales installées dans leurs fonctions par les représentants de l’État», a déclaré le ministre Bah.
Durant dix jours, les participants auront à traiter les thématiques indispensables à la conduite de leurs missions respectives notamment le cadre législatif et réglementaire, la gestion axée sur les résultats, la planification du développement local, la comptabilité-matières, le budget-programme, le régime financier des collectivités territoriales, le contrôle de légalité des actes administratifs des collectivités territoriales.

Aboubacar TRAORÉ

Source: Journal l’Essor-Mali